vendredi 7 août 2020

Geopolitics transcendantal is a revolutionary mystic in action

 Intervention sur Jean Parvulesco à l'occasion du premier congrès international en ligne sur la Quatrième Théorie Politique.

[cliquer sur la photo - intervention à la 50è minute de la vidéo]


RETRANSCRIPTION

Alexandr Dugin


Now, we’re coming to the France: other world, other civilization, other continent. And I would like to view the speech of Laurent James. Laurent is my old friend, and he is a disciple, a follower of our common friend Jean Parvulesco. He is one of the rarest people in the world who is interested in this unknown but very great figure as Jean Parvulesco: eurasianist, Romanian, mystical guenonian, post-modernist writer. He’s so actual, so great, so I can not stop wondering why nobody knows him. 

We have made the first translation of his books from, not only from French to the Russian, that was the first foreign translation of works of Jean Parvulesco, but we have promoted the first translation of Romanian author into the Romanian. That was with the help of our friend Iurie Rosca. 

So please, Laurent, it’s up to you.

 

Laurent James


Thank you very much, Pr. Dugin. Yes, we can say that in a way, Jean Parvulesco who was a poet, a writer and a philosopher, his thoughts were the germs of the Fourth Political Theory. We have created the Jean Parvulesco Committee. He died ten years ago. And the project of this Committee follows, of course, the thoughts of Jean Parvulesco himself: it is the union of the peoples of Eurasian continent in the revival of the civilizing Christian faith.

The concept of the Third Rome may be fundamental to the development of such a project.

This theme has been the backbone of all the thinking of Jean Parvulesco, both poetic and geopolitical, asserted in the course of his numerous texts and works.

 

The major political events of our time are all concerned directly through spirituality, and more and more, as politics is nowadays getting completely rid of ideology. There is no ideology today in politic. That is the reason why geopolitics becomes more and more important.

And, as wrote Jean Parvulesco in 2005: "Geopolitics transcendental is, indeed, a revolutionary mystic in action".

And, to do this, we have to impose the return of the living sacred within the imperial community of the great continent.

The Empire is the natural structure of any community organization. It is based on the principle of subsidiarity: everything that can be regulated politically from the bottom up must be regulated from the base.

The people are the base of the Fourth Political Theory.

It is the natural communities themselves who govern their own organization, the economy of their territory. The principle of Empire is that of supreme unity at the top, and heterogeneity at the bottom.

We find the spiritual principle of Fourth Political Theory, linked to an organic logic of people's lives, and which makes an empire naturally linked to the notion of civilization.

 

No one and no people should be identified or identify themselves with imperial power.

Imperial power is not the attribute of a given nation, but a divine attribute lent and taken away from the sovereign. And his sole purpose is to serve the communities.

No European country, no European nation has inherited the Empire of Rome. It is the Church itself which inherited it, as Soloviev well explained in his work Russia and the Universal Church.

 

The Church is one and indivisible, both universal in space and permanent in time.

And the Empire and the Church are indissolubly linked to each other.

This is what Dante demonstrates with superb clarity in De Monarchia.

 

Early Christianity, from the first Rome, was as much Catholic as it was Orthodox.

In Gaul country, it was a celtic Christianism thanks to the establishment of an ecclesia - a community of believers - by Joseph of Arimathea after his arrival in Gaul in the middle of the first century, before he evangelized Great Britain.

Some authors have developed a very interesting point of view, according to which the schism of the year 1054 was not the result of a progressive gap between Latins and Greeks, but it was the product of the policy of the Franks imposed on the Popes and on the Celtic-Christian monasticism.

 

I would like to precise that, at the same period of the colonization of Africa and Asia, you had also an internal colonization of western communities. I believe that western communities in France and Italia were the first communities in the world to be colonized by globalism.

 

Today, I strongly believe that there is no other project for European Christianity to be restored, as the enemy we all face is the worldwide conspiracy against the Virgin Mary.

And this restoration directly resonates with the notion of the Third Rome, in the sense that the Third Rome is also the Third Russia as said Viatcheslav Ivanov in his comments of Dostoïevski: after Tsarist Russia and Bolshevik Russia, here comes the Russia of the Reign of Christ and Holy Spirit.

 

I know personally many political groups deeply rooted in French regions, French mountains, in Corsica also, which are deeply engaged to restore their identity within the European civilization, not in a way to cut from it. Because I think that it would come with the will of globalism.

Total independency of European regions is silly, I would say. But being autonomous within European civilization would be a great application of Fourth Political Theory in the western world.

Thank you very much, Pr. Dugin.

 

 

Alexandr Dugin


Thank you very much, dear Laurent.

It’s very interesting to think about the future of Europe.

We are against globalism, against statu quo, but there is a wrong image of populism I think, of nationalism.

I am totally in favor of the creation of the Great Empire of the End as Jean Parvulesco said, but with the multiplicity and diversity of the regional identities where Corsicans, Sicilians, North Italians,…

That would be the Greater Switzerland ! My idea is to organize the independent community at the base of the concrete society. That is just a dream, but we need to have a dream, that’s important. Without a dream, we would have no future. We need to have an image of the future alternative Europe.

And we deal with nationalists, we are rather in favor of them because they fight against liberalism, but they just use the same old visions.

We need to have a totally different vision of the future, and I think that the community, the people of Europe should be restored with their originality in their existential territories and spaces.

So, thank you very much.


TRADUCTION


 Alexandr Dugin

Maintenant, nous en arrivons à la France : autre monde, autre civilisation, autre continent. Et je voudrais écouter le discours de Laurent James. Laurent est mon vieil ami, et c'est un disciple, un adepte de notre ami commun Jean Parvulesco. Il est l'une de ces rares personnes au monde à s'intéresser à cette figure inconnue mais très importante que représente Jean Parvulesco : eurasien, roumain, mystique guénonien, écrivain post-moderniste. Il est si actuel, si grand, que je ne peux m'empêcher de me demander pourquoi personne ne le connaît. 

Nous avons fait la première traduction de ses livres, non seulement du français vers le russe, c'était la première traduction étrangère des œuvres de Jean Parvulesco, mais nous avons promu la première traduction d'un auteur roumain vers le roumain. C'était avec l'aide de notre ami Iurie Rosca. 

Alors s'il vous plaît, Laurent, c'est à vous de jouer.

 

 

Laurent James


Merci beaucoup, Pr. Dugin. Oui, on peut dire que d'une certaine manière, les pensées de Jean Parvulesco qui était poète, écrivain et philosophe, étaient les germes de la quatrième théorie politique. Nous avons créé le Comité Jean Parvulesco. Il est mort il y a dix ans. Et le projet de ce Comité suit, bien sûr, la pensée de Jean Parvulesco lui-même : c'est l'union des peuples du continent eurasien dans le renouveau de la foi chrétienne civilisatrice.

Le concept de la troisième Rome est sans doute fondamental pour l'élaboration d'un tel projet.

Ce thème a été l'épine dorsale de toute la pensée de Jean Parvulesco, tant poétique que géopolitique, affirmée au cours de ses nombreux textes et ouvrages.

 

Les grands événements politiques de notre temps sont tous directement concernés par la spiritualité, et de plus en plus, car la politique se débarrasse aujourd'hui complètement de l'idéologie. Il n'y a plus d'idéologie en politique aujourd'hui. C'est la raison pour laquelle la géopolitique devient de plus en plus importante.

Et, comme l'a écrit Jean Parvulesco en 2005 : "La géopolitique transcendantale est une mystique révolutionnaire en action".

Et, pour ce faire, nous devons imposer le retour du sacré vivant au sein de la communauté impériale du grand continent.

L'Empire est la structure naturelle de toute organisation communautaire. Il repose sur le principe de subsidiarité : tout ce qui peut être réglementé politiquement de bas en haut doit l'être de bas en haut.

Le peuple est la base de la quatrième théorie politique.

Ce sont les communautés naturelles elles-mêmes qui régissent leur propre organisation, l'économie de leur territoire. Le principe de l'Empire est celui de l'unité suprême au sommet, et de l'hétérogénéité à la base.

Nous retrouvons le principe spirituel de la Quatrième Théorie Politique, lié à une logique organique de la vie des peuples, et qui fait qu'un empire est naturellement lié à la notion de civilisation.

 

Aucun homme ni aucun peuple ne doit être identifié ou s'identifier au pouvoir impérial.

Le pouvoir impérial n'est pas l'attribut d'une nation donnée, mais un attribut divin prêté et pris au souverain. Et son seul but est de servir les communautés.

Aucun pays européen, aucune nation européenne n'a hérité de l'Empire de Rome. C'est l'Église elle-même qui en a hérité, comme l'a bien expliqué Soloviev dans son ouvrage La Russie et l'Église universelle.

 

L'Église est une et indivisible, à la fois universelle dans l'espace et permanente dans le temps.

Et l'Empire et l'Église sont indissolublement liés l'un à l'autre.

C'est ce que Dante démontre avec une superbe clarté dans De Monarchia.

 

Le christianisme primitif, de la première Rome, était aussi bien catholique qu'orthodoxe.

En pays gaulois, s’établit un christianisme celtique grâce à l'établissement d'une ecclesia - une communauté de croyants - par Joseph d'Arimathie après son arrivée en Gaule au milieu du premier siècle, avant qu'il n'évangélise la Grande-Bretagne.

Certains auteurs ont développé un point de vue très intéressant, selon lequel le schisme de l'année 1054 ne fut pas le résultat d'un fossé progressif entre Latins et Grecs, mais le produit de la politique des Francs imposée aux Papes et au monachisme celto-chrétien.

 

Je voudrais préciser qu'à l’époque de la colonisation de l'Afrique et de l'Asie, se mit également en place la colonisation de peuples occidentaux. Je crois que les communautés occidentales de France et d'Italie ont été les premières communautés du monde à être colonisées par le mondialisme.

 

Aujourd'hui, je crois fermement qu'il n'y a pas d'autre projet que celui de restauration du christianisme européen, car l'ennemi auquel nous sommes tous confrontés est la conspiration mondiale contre la Vierge Marie.

Et cette restauration est en résonance directe avec la notion de troisième Rome, en ce sens que la troisième Rome est aussi la troisième Russie, comme l'a dit Viatcheslav Ivanov dans ses commentaires de Dostoïevski : après la Russie tsariste et la Russie bolchevique, voici la Russie du Règne du Christ et du Saint-Esprit.

 

Je connais personnellement de nombreux groupes politiques profondément enracinés dans les régions françaises, les montagnes françaises, en Corse aussi, qui sont profondément engagés pour restaurer leur identité au sein de la civilisation européenne, et non pas en s’en séparant. Parce que je pense que cette option correspondrait à la volonté du mondialisme.

L'indépendance totale des régions européennes est, à mon avis, stupide. Mais être autonome au sein de la civilisation européenne serait une application très valide de la Quatrième Théorie Politique dans le monde occidental.

Merci beaucoup, Pr. Dugin.

 

 

Alexandr Dugin


Merci beaucoup, cher Laurent.

Il est très important de réfléchir à l'avenir de l'Europe.

Nous sommes contre le globalisme, contre le statu quo, mais je pense qu’il y a une image faussée du populisme, du nationalisme.

Je suis tout à fait favorable à la création du Grand Empire de la Fin comme disait Jean Parvulesco, mais avec la multiplicité et la diversité des identités régionales : Corses, Siciliens, Italiens du Nord,...

Ce serait la Grande Suisse ! Mon idée est que les communautés indépendantes puissent être à la base de la société concrète. Ce n'est qu'un rêve, mais nous devons avoir un rêve, c’est important. Sans rêve, nous n'aurions pas d'avenir. Nous devons avoir une image de la future Europe alternative.

Et concernant les nationalistes, nous sommes plutôt en leur faveur parce qu'ils luttent contre le libéralisme, mais ils ont la même vieille vision.

Nous devons avoir une vision totalement différente de l'avenir, et je pense que les communautés, les peuples d'Europe devraient être restaurés avec leurs singularités au sein de leurs territoires existentiels.

Je vous remercie beaucoup.


1 commentaire:

  1. Oui. C'est tout vrai. Cette vague de mondialisation a traversée la Manche aussi en 1066, douze ans après le grand schisme. L'Empire Britannique (suivi de l'Empire Américain) a donc commencé par la conquête et la subjugation de la royaume anglo-saxonne et les peuples anglo-saxonne et celtiques de l'Angleterre, le Pays des Galles, l'Irlande et l'Ecosse.

    La conquête normande a coupé aussi nos liens historique avec la tradition impériale de la 'plus grande Europe.' Constantin le Grand a été proclamée comme Empereur par les soldats de York (Eboracum) en 306 AD, et c'est pour moi une épisode d'une très haute importance. J'avais pensée pendant des années que le prochain Empereur - le restaurateur, on pourrait dire, ou 'le grand monarque' peut-être - peut apparaître ici en Grand Bretagne aussi.

    C'est pour moi la question centrale. Vous avez bien raison sur les thèmes de la subsidiarite, la diversité des races et des nations, et la peuple comme 'la base de la quatrième théorie politique.' Mais pour 'imposer le retour du sacre au sein du grand continent ... ' il faut avoir un empire et un empire a besoin d'un Empereur. Mais qui est cet homme? Ou se cache-t-il? Quand est-ce qu'il advienne?

    J'ai écrit quelque mots sur ce sujet cet été dans une conte mythologique. Un caractère angelique envoyé du ciel dit:

    'Saint Paul, in his second letter to the Thessalonians, speaks of the Katehon - the restrainer - he who holds back evil and keeps the Antichrist at bay. This, traditionally, has been the role of the Emperor, so what happens when the restrainer is removed, as he has been since the demise of the Russian and Austro-Hungarian Empires? Decline and degeneration, as we see, and the setting of the stage for that ape of Christ, he whom the Apostle calls "the man of lawlessness." The Roman Emperor, my friends is this Katehon, and it is the will of God that his throne be re-established and that he join hands once more with the Roman Pontiff and cast his protective, restorative aegis over all the realms of the Empire and beyond.'

    Il s'agit, a mon avis, du 'Retour du Roi' de Tolkien. Valentin Tomberg aussi a écrit très bien de l'Empereur, et l'absence de celui-ci de nos jours, dans ses 'Méditations sur le Tarot' - chapitre 3.

    Merci encore. J'espère que vous pouvez continuer votre bon travail,

    JF

    RépondreSupprimer