lundi 4 août 2014

Rennes-le-Château, 13 août : Mystérieuses Connexions



Voici le titre et le résumé de ma conférence :
 
Les grandes épousailles mystériosophiques entre Rennes-le-Château et le Royaume d’Araucanie

Il s’agit de montrer que les deux origines fondationnelles de la France, mises en lumière lors de ma conférence du 18 janvier dernier à Rennes-le-Château, furent trahies l’une et l’autre par les Forces des Ténèbres qui ont enrégimenté notre pays. Ces Forces, à la fois anti-mérovingiennes et anti-celtes, ne peuvent être renversées que par une nouvelle synthèse conjonctive de ces deux cosmogonies originelles, qui passera par l’émergence d’un Troisième Terme nuptial et impérial

Compte-rendu de "la Gazette de Rennes-le-Château" :

Dès 10 heures, une trentaine de personnes étaient réunies pour écouter Eridan d'Astor parler des Templiers dans le Var. Pendant plus d'une heure trente, le conférencier a évoqué la présence templière dans ce département ayant répertorié une centaine de sites à Tourtour, à la chapelle templière de Saint-Maymes, à Trigance, au Cap-Sicié, à la commanderie du Ruou...
 

Eridan d'Astor - JLG ©
 
Il évoqua également les trésors du Verdon et Alfred Weysen avec les pierres écrites de l'Evescat, de Demandolx et de Saint-Maymes ainsi que les neuf chapelles templières, les diverses tombes d'Hugo de Bagarris, de Saint-Pierre, le site de Valcros, etc. Le public a apprécié et a posé beaucoup de questions !
 

Eridan d'Astor - JLG ©
 
JLG ©
          
En début d'après-midi, Enric Sabarich présentait "Le secret de Rennes-le-Château et le gnosticisme" en espagnol. La traduction française était assurée par Kris Darquis.
D'emblée, Enric Sabarich retraça l'historique de Rennes-le-Château. Il évoqua également la crypte, la litre, Marie-Madeleine. Il précisa ensuite le titre de sa conférence sur le gnosticisme, basé sur la dualité dans l'église du village avec les deux Jésus des statues de la Vierge et de Joseph, l''évangile de Jean étant privilégié dans ce cas.
 

Enric Sabarich et Kris Darquis - JLG © 
          
Le conférencier expliqua le plan de l'église reproduit dans le jardin voisin, les deux tours de verre et de pierres, la station 14 du chemin de croix. Saunière aurait trouvé à l'intérieur des sacorphages carolingiens de la crypte de son église des écrits gnostiques. Pour étayer sa thèse, il retraça 2000 ans d'histoire à travers le cheminement de ces écrits, notamment via les cathares et la famille d'Hautpoul qui posséda la baronie de Rennes-le-Château. Antoine Bigou les reçut de Marie de Nègre d'Ables et les cacha à la révolution française.
 

Enric Sabarich - JLG ©
 
Comment expliquer la fortune de Saunière ? Pour l'essentiel, il aurait pu négocier les documents avec les Habsbourg ! Le public posa de nombreuses questions sur les jumeaux putatifs.
 
Laurent James enchaina avec "Les grandes épousailles mystériosophiques entre Rennes-le-Château et le Royaume d’Araucanie". La France a totalement trahi le peuple celte oublié, voire occulté. Les dynasties carolingiennes et capétiennes sont des usurpatrices pour le conférencier.
 

Laurent James - JLG ©
          
Laurent James parla ensute de l'Atlantide et des traditions celtes et égyptiennes, héritières de la précédente, qui se focalisèrent en France.
 

Laurent James - JLG ©
          
Enfin, il aborda les perspectives révolutionnaires et eschatologiques en lien avec l'ère du poisson. Le meilleur garant des lignées celte et mérovingienne est le royaume d'Araucanie et de Patagonie grâce au couronnement du nouveau roi, Stanislas Ier ! Il insista sur l'osmose à trouver entre le royaume d'Araucanie et Rennes-le-Château comme résurgence des civilisations oubliées dans la réunification du vieux pays celte.
 
Dernière conférence du cycle, Christian Doumergue présenta "L'Avènement d'un monde nouveau". Il analysa la raison d'être du "Mythe" de Rennes compris à travers la pensée de Pierre Plantard.
Plantard a été l'homme d'une oeuvre unique à partir de ses premiers écrits dès 1940. Il a 20 ans et publie dans le journal des époux Zaepffel. Il rejette les partis politiques, les mouvements associatifs. Dès le numéro 1 de "Vaincre" en 1942, René Zaepffel rédige un article qui va en ce sens. Plantard veut créer un état d'esprit et unir les hommes de bonne volonté animés par cet idéal.
 

Christian Doumergue - JLG ©
 
Pierre Plantard s'inscrit dans la lignée de Paul Le Cour et veut le triomphe des forces nouvelles. Il se réfère à l'ère du verseau et souhaite reconnecter l'individu aux forces spirituelles.
Plantard est habité par la recherche de la vision médiumnique. Dans les années 60, il est toujours dans ce registre de pensée.
Le 17 janvier 1964, Pierre Plantard aurait donné une conférence à Rennes-le-Château à l'hôtel de "La Tour", sans doute fictive. L'essentiel est qu'il ait voulu laisser une trace en lien avec sa pensée. En effet, il stigmatise le politique, la presse, la police, l'enseignement.
 

Christian Doumergue - JLG ©
 
Pourquoi a-t-il choisi Rennes-le-Château ? Au coeur de l'énigme de Rennes repose le mythe atlante. Plantard veut atteindre la demeure de la belle endormie, reine d'un royaume perdu, c'est-à-dire la tradition atlante. Cela peut être aussi une réalité concrète d'un personnage endormi !
En épilogue, le conférencier évoqua l'attente de Pierre Plantard, celle du Grand Monarque, le mythe de RLC comportant un véritable enjeu sociétal !
 

Table ronde avec Kris Darquis, Georges Kiess, Christian Doumergue, Arnaud de l'Estoile, Eridan d'Astor et Laurent James - JLG ©
La table ronde finale permit d'évoquer de nouveau la personne de Pierre Plantard qui aurait connu le Royaume d'Araucanie via Jean Parvulesco dont le petit-fils a été sacré roi d'Araucanie sous le nom de Stanislas Ier !
13 aout 2014, Johan Netchacovitch
 
 

6 commentaires:

  1. Les conférences ont-elles été filmées?

    RépondreSupprimer
  2. En tant que journée authentiquement révolutionnaire, elle n'a pas été filmée et les conférences ne sont donc pas disponibles sur internet.
    Comme avant, il y a très très longtemps, avant l'an 2000...

    RépondreSupprimer
  3. Il y a pourtant un ordinateur qui à l'air de daté d'après l'an 2000. Pour un peu, je mettrais ma main à coupé que la photo où l'on voit cette ordinateur à été pris par un appareil photo numérique d'après l'an 2000 et non avec un appareil photo argentique, imprimé par un photographe et en suite scanné.
    Je posais la question parce que je réside très loin de l'endroit où à eu lieu la conférence et que, s'il ne m'aurait pas été impossible de venir, ça m'aurait en tout cas coûté très cher en transport.
    Enfin, je ne vois pas en quoi le fait de ne pas filmer une conférence est authentiquement révolutionnaire. Il ne faut pas confondre journalistique et filmé, par ailleurs, c'est bien un journaliste qui a fait un compte-rendu de la conférence. Peut-être pourriez-vous m'éclairer sur le sujet?

    RépondreSupprimer
  4. Il est tout de même permis d'avoir un tout petit peu d'humour, M. Philippe...
    Il est tout à fait exact que Rennes-le-Château est éloigné de beaucoup de grandes villes. Mais, par ailleurs, et de manière générale, je suis souvent agacé par le fait que beaucoup de personnes n'assistent pas à des conférences, tout simplement parce que ces dernières sont filmées, et ces personnes se contentent alors de les regarder sur le web.
    En l'occurrence, c'est pour des raisons très précises que cette journée du 13 août n'a pas été filmée, des raisons aussi bien castelrennaises qu'araucaniennes.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai rien contre l'humour, je n'avais simplement pas compris qu'il en s'agissait.
    Je comprends cet agacement, beaucoup attendent les vidéos de conférences ou autres comme un bébé attend sa cuillère de panade, aliment qu'il est incapable d'aller chercher lui-même.
    Quand aux raisons de ne pas filmer, je dois dire que j'ai du mal à les imaginer:
    Une conférence est publique et une conférence filmée est tout aussi publique, la seul différence se situe dans le nombre potentiel de personnes ayant accès à la conférence. En quoi serait-il problématique qu'une chose publique touche un plus large public? Pour ce que j'en sais de Rennes-le-Château, la médiatisation de masse à historiquement posé de vrais problèmes, mais vous n'avez pas l'audience d'un média de masse. pour ce que j'en sais de l'Araucanie, si la question problématique est celle du conflit de succession, il semble évident que la partie adverse, si elle considérait cela comme utile, prendrait soin de se rendre à cette conférence (que ce soit anonymement ou non). Par ailleurs, en vous citant très approximativement (de mémoire donc), notre temps est à l'exotérisme des savoirs jusqu'alors ésotériques, cette démarche de publicité volontairement cantonnée ne va pas vraiment dans le sens de l'exotérisme, bien sûr, je peux comprendre qu'il s'agisse de cas particulier.

    RépondreSupprimer
  6. Heu, à relire votre premier commentaire (ce que je n'avais pas fais précédemment), j'avais tout de même remarqué l'humour de la dernière phrase.

    RépondreSupprimer