samedi 31 mars 2012

SOS Anti-antisémitisme

« Nos compatriotes musulmans n’ont rien à voir avec les motivations folles d’un terroriste, il ne faut procéder à aucun amalgame. Avant de prendre pour cible des enfants juifs, le tueur a tiré à bout portant sur des musulmans ».
Nicolas Sarkozy, Allocution retransmise en direct sur TF1 au JT de 20 h, 22 mars 2012

Apparemment, tout le monde est d’accord en France pour dire que l’affaire Mohamed Merah ne concerne que les Juifs et les Musulmans. Assis côte à côte pour bien montrer qu’ils restent amis par-delà les meurtrières actualités, les pires représentants collabos de ces deux religions ne cessent de hanter les radios et les plateaux télés : Marek Halter et Malek Chebel sur Paris Première pour les intellos, Richard Prasquier et Dalil Boubakeur sur TF1 pour les beaufs, le but est de montrer à tous les publics que les Arabes sont vraiment désolés de ce qui est arrivé aux Juifs, et que, surtout, il ne faut pas pratiquer l’amalgame ni la stigmatisation.
Il y a trois problèmes principaux dans cette affaire. D’abord, tous ceux qui posent l’égalité Arabe = Musulman font preuve d’ignorance très crasse, à la fois des Arabes et des Musulmans, ainsi que de racisme profond (assumé ou non). Les assyro-chaldéens qui ont fui l’Irak jusqu’à Marseille en savent quelque chose : quand l’Imam vient personnellement les voir pour leur demander la raison pour laquelle ils ne viennent pas au prêche du vendredi à la mosquée, les fidèles de l’Eglise Saint-Marc de Bois-Lemaître ne peuvent que répondre : « Si on ne vient pas, c’est parce qu’on est chrétien ! ». « Mais vous êtes arabes ! » leur dit l’imam, « vous avez trahi votre religion ! » « Mais non », répliquent les chaldéens, « c’est vous qui avez trahi le christianisme, il y a mille ans, en vous convertissant à l’islam ! »…
Bref. Ceci pour dire que si mes prières vont vers les âmes des Arabes musulmans Mohamed Legouad (lyonnais) et Imad Ibn Ziaten (marocain), ainsi que vers celles du rabbin Jonathan Sandler, et des enfants juifs Arieh, Gabriel et Myriam – tous ces morts qui sont évidemment les miens, de manière strictement équivalente en regard de la loi divine, parce que les amoureux de la Torah et du Coran sont et seront toujours mes frères – , je n’oublie pas, moi, le caporal parachutiste Abel Chennouf, ce catholique de Martigues (était-il maurrassien ?) dont il ne faut cesser de lire la poignante oraison funèbre prononcée par l’abbé Venard.
Excusez-moi d’avoir encore à citer Sarkozy : «Les amalgames n'ont aucun sens, je rappelle que deux de nos soldats étaient... comment dire... musulmans, en tout cas d'apparence, puisque l'un était catholique». Cette phrase est certainement à apprendre par cœur ; c’est un des plus grands symboles de l’ignominie contemporaine que j’évoquais au début de ce texte. Sur BFMTV, il était très douloureux d’entendre Albert Chennouf, le père d’Abel, s’écrier en larmes : « Monsieur le président de la république, s’il-vous-plaît, soyez digne : taisez-vous. Laissez mon fils dormir tranquille. »
Le deuxième problème lié à l’affaire Merah, c’est la lâcheté, la couardise dégoûtante de ces Musulmans qui n’ont peur que d’une chose, c’est d’être « amalgamés » et « stigmatisés ». Savent-ils seulement ce que ça veut dire, théologiquement, d’être stigmatisé ? Dès qu’il y a un problème quelconque soulevé sur la place publique (le voile, le hallal, Merah), on les voit surgir d’un seul coup, comme des mendiants infects, dépourvus du moindre sens minimal de la dignité, supplier les yeux pleins de larmes pour que l’on ne les confonde pas avec les méchants. Bande de stupides larves ! Mais c’est un honneur d’être stigmatisé par la République Française ! Ces Musulmans qui ne rêvent que d’être intégrés à la France me dégoûtent profondément. Ils veulent vivre leur religion tranquillement, sans faire de bruit, devenir comme tout le monde, comme ces bons chrétiens français émasculés depuis plus de deux cents ans par la Démocratie. Frères musulmans, je vous en supplie, ne vous franchouillardisez pas ! Ca vous intéresse tant que ça, l’éthique républicaine ? Ne tombez pas dans le même piège que celui où est tombé l’Eglise catholique ! Pas de modération, pas de compromis ni de réconciliation avec la France laïque et franc-maçonne !
J’en arrive au troisième problème. Les complotistes professionnels ont été les premiers à dégainer leur détestation de Mohamed Merah (bien plus copieusement insulté sur leur sites internet que sur les sites sionistes) : « abruti complet, vendu à l’Empire, esclave du Mossad », et j’en passe… C’est pratique, hein, de chier sa haine, planqué derrière son ordinateur… Un complotiste, c’est tellement prévisible que sa pensée pourrait être simulée en trois lignes par un logiciel de calculs. Il peut affirmer sans problème que Marine Le Pen et Mélenchon sont amis en secret, parce qu’il les a vus discuter ensemble dans un couloir. Si vous lui expliquez qu’un homme politique ne peut que forcément rencontrer son pire ennemi un jour ou l’autre, parce que les hommes politiques fréquentent à peu près les mêmes lieux, il vous traitera d’agent de la CIA. Leur réaction par rapport aux actes de Merah me font songer à l’attitude de Libération face à Action Directe dans les années 80 : les séides de Serge July se foutaient de la gueule des terroristes anarcho-communistes parce que ces derniers menaient un combat d’arrière-garde et contre-productif, et les critiquaient ouvertement parce qu’ils étaient manipulés par le pouvoir. Et July, il n’était pas manipulé, lui ? Trente ans après, qui avait raison : les démocrates républicains de Libé qui voulaient combattre le pouvoir avec des bulletins de vote (on voit où ça les a menés), ou les révolutionnaires d’A.D. qui ont vécu comme des héros ?

Il semble qu’un type comme Mohamed Merah menait des activités souterraines de combat (militaire ou de guerilla), ce qui ne pouvait que lui faire croiser la route de types de la DCRI dont le boulot est justement de suivre les français de son genre, et de tenter d’en faire un indic. Ca a toujours été le rôle de la police. Les tueries de Merah à Montauban et Toulouse, c’est l’acte d’un semi-indic qui s’est senti pousser des ailes de plomb.
Ces assassinats montrent que la faiblesse principale du terrorisme, qu’il soit mis en action par Emile Henry, Jean-Marc Rouillan ou Mohamed Merah, réside toujours dans le mauvais choix de la cible. Pour le dire simplement : la plus grande « idiotie » de Merah est qu’il s’est attaqué à la Torah au lieu de s’en prendre au Talmud, ce qui est une très grave erreur théologique. Le 16 septembre 1920, il y a eu un attentat contre la banque JP Morgan à New York. Pourquoi ne pas recommencer aujourd’hui ? C’est ça que tu aurais dû faire, Mohamed : au lieu de tirer une balle dans la tête des militaires qui retiraient de l’argent à un distributeur, il fallait faire exploser la banque : c’est là où vit l’Ennemi. Bien sûr, si tu avais été courageux, et même un peu mieux organisé, tu serais monté à Paris et tu aurais flingué en direct tout le plateau d’une émission télévisée d’Arthur. Là, tu aurais été beau, cohérent et authentiquement anti-talmudiste. Cela n’aurait évidemment pas empêché les complotistes d’affirmer sur Facebook que tu étais un stipendié de l’Empire. Mais, au moins, ton anti-anti-antisémitisme aurait été eschatologiquement splendide.

Voici donc ce qu’écrivait Nabe en 2004. Je me permets de vous renvoyer à mon analyse du langage de l’anti-antisémitisme, publiée en 2007 dans la revue Jibrile.

La vidéo de la conférence de Nabe avec Tariq Ramadan est beaucoup diffusée en ce moment sur le web. Il s’y dit des choses très sensées et très fines, quand on prend la peine de la regarder en entier. Ahmed Moualek est le premier à l’avoir diffusée sur le site de « La Banlieue s’exprime », l’introduisant avec un commentaire très honnête.
Je ne veux pas développer ici mes idées sur la Syrie, car le sujet est très complexe (notons par exemple que les Juifs d'Israël sont favorables à El Assad, alors que les sionistes d'Occident lui sont opposés). Mes amis chiites libanais remercient Bachar El Assad d’avoir aidé le Hezbollah durant la guerre de 2006 contre Israël, mais mes amis maronites se souviennent du rôle infect joué par la Syrie durant la guerre du Liban (même si le général Aoun soutient publiquement Al Assad depuis le mois de mai 2011). Aussi, ce n’est pas parce que Nabe soutient la révolution syrienne qu’il faut en faire un « complice de l’Empire » ou un « idiot utile au complot maçonnique ». Je connais certains complotistes qui s’étaient également enthousiasmés pour les révolutions tunisiennes, sans qu’ils n’aient été accusés de quoi que ce soit (à juste titre).
Tariq Ramadan précise bien qu’une des priorités est d’éviter toute opposition frontale entre sunnites et chiites. Voilà une chose qu’on aimerait entendre plus souvent. Par ailleurs, il insiste sur cette alliance permanente existant entre les salafistes littéralistes et l’Occident. Comme « idiot utile au complot maçonnique », on fait mieux… « Chaque fois qu’il y a un intérêt stratégique pour l’Occident, il y a tout à coup, soit des littéralistes, soit des radicaux extrémistes qui s’installent ». Ce qui est rigolo, c’est que les complotistes (toujours les mêmes) croient que ces phrases de Ramadan s’opposent à celles de Nabe, lorsque ce dernier déclare que seul l’islam puisse être un rempart contre l’Occident (dans les pays musulmans) ! Comme si Nabe et Ramadan pouvaient confondre le littéralisme islamiste avec l’islam révolutionnaire, le véritable islam ! N’importe quel être humain sensé, traditionaliste ou non, libéral ou non, sait très bien qu’aujourd’hui, c’est la spiritualité authentique (christianisme, islam, bouddhisme, hindouisme), qui peut servir de rempart contre l’Occident, et que le lettrisme – quelle que soit la religion – sera toujours une ruse de l’Empire du Non-Etre pour assécher, pervertir et dévoyer la spiritualité.
Entre l’Occident et la Nation, il y a une troisième voie : c’est celle de Parvulesco, Rimbaud, Gilbert-Lecomte, Ibn’Arabi, Hônen, Swami Premananda et Saint Jean : l’Eurasie organique et apocalyptique des Temps de la Fin, le Royaume Spirituel total régi par l’Ordre unificateur universel supratraditionnel de Madame Sainte Marie.

7 commentaires:

  1. Pour ce qui est de la "poignante oraison funèbre", je me demande bien en quoi les militaires abattus défendaient la cité.

    RépondreSupprimer
  2. Dans un premier temps tu fais de" l'affaire Merah ", un règlement de compte arabo-juif en passant sous silence le dézingage des 4 militaires puis vers la fin tu regrettes qu'il ne s'en soit pas pris à la banque elle-même plutôt qu'aux rampouilles bleu-blc-rouge .

    Pourquoi tais-tu la revendication POLITIQUE principale de Merah à savoir les exactions commises par l'armée française en Afghanistan ?

    Quand Merah pointe son arme à bout-touchant sur le militaire qui symbolise toute l'obscénité franchouillarde et a fortiori occidentaliste qui écrase le peuple afghan ,il lui balance au visage " Tu tues mon frère,je te tue " : L'acte de Merah est un acte de solidarité et de vengeance , un vrai acte politique intelligent .

    INTELLIGENCE DU TERRORISME comme l'écrivait Nabe à propos de Ben Laden qui attaquant les Etats-Unis et non la Suède montrait bien que la LUEUR D'ESPOIR n'était (bien entendu) pas un acte nihiliste comme feignaient de le baver les occidentalistes mais bien un acte POLITIQUE .

    Garde bien à l'esprit que lorsque Merah se rend dans l'école juive c'est par défaut , parce qu'il n'a pu accomplir ce qu'il avait projeté :l'assassinat à nouveau d'un militaire . Il l'a manqué de peu et s'est alors rabattu sur cette école juive en invoquant les ignominies et l'impunité de l'Israel à Gaza : c'est encore un acte de vengeance politique et un acte de solidarité .

    Solidarité double : solidarité de Merah avec les Arabes et musulmans de Palestine et solidarité des victimes juives de l'école avec les bourreaux de l'Israel . D'aucuns objecteront que cette dernière solidarité n'existe que dans le regard tordu de Merah alors nous leur demanderons pourquoi ces victimes juives qui avaient la double nationalité ont-elles été inhumées en Palestine occupée ? la solidarité avec l'Israel n'existe donc pas seulement aux yeux de Merah . En se rendant aux obsèques dans l'Israel ,la France via son ministre des affaires étrangères l'a reconnue explicitement .

    Enfin cher Laurent , je n'admets en aucune façon que tu dises de l'ange décapité, Emile Henry, qu'il était un idiot . Relis sa déclaration devant le tribunal et trouve une seule ligne indigne et inepte.

    Omar.

    RépondreSupprimer
  3. je lis ici plus de 10 lignes indignes et ineptes.

    Tuer un enfant innocent n'est ni "solidaire" ni "politique" ni "intelligent". C'est juste la plus grande saloperie qui existe, saloperie d'autant plus grande qu'elle se pare d'idéaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui que tu sois, merci "Drameille" pour ce retour au bon sens et aux plus élémentaires sentiments.

      Supprimer
  4. Bonjour,
    En parlant des complotistes, vous ne parlez pas de Soral. Est-ce délibéré ? Le considérez-vous comme un bouffon ? http://tatamoche.blogspot.fr/2012/04/des-bouffons-de-la-toile.html
    En répondant à une question Sélim Toumi (La Planque), vous parlez du Parti Antisioniste de Yahia Gouasmi. Or Soral a été (est toujours ?) un compagnon de route de ce parti. Mais, là également, vous ne parlez pas de lui.
    Quel est donc, non pas vos sentiments, mais l’analyse « spectrale » que vous faites de ce personnage ?

    RépondreSupprimer
  5. Cessez de faire croire qu'il y a des caporaux catholiques ! L'homme qui fait usage des armes ou emprisonne se condamne lui-même selon l'évangile. Le christianisme ne fait aucune différence entre l'assassinat légal perpétré par des soldats, et celui qui ne l'est pas.

    RépondreSupprimer
  6. Cher Bardamor, je sais bien que le récentisme est à la mode, mais essayez tout de même de ne pas trop verser dans la négation ostentatoire de l'histoire, ça va commencer par être franchement ridicule... Vous ne seriez pas là, à expliquer en 2012 sur internet ce qu'est le christianisme, si des générations de catholiques (caporaux, généraux ou simplement soldats) n'avaient pas versé leur sang dans le passé pour vous permettre d'exercer librement votre foi. Vous avez déjà entendu parler des Templiers ? Alors, un peu de décence l'ami, asseyez-vous sur votre chaise si vous ne voulez pas vous battre, mais évitez de condamner la mémoire de nos ancêtres guerriers ET chrétiens qui se sont battus pour le Christ. (Mais, j'y pense, ce n'est pas vous qui, du haut de votre sagesse par trop étonnante, écriviez sur Dailymotion que le sang du Christ n'était pas sacré ? Ceci explique cela).

    RépondreSupprimer