mercredi 1 février 2012

الله أَكْبَر

Tout lecteur de Parousia, même s’il est quelque peu inattentif, aura remarqué que je considère Marc-Edouard Nabe comme étant le plus grand écrivain français vivant, comme un prophète de haute teneur et un combattant de premier ordre. Ce même lecteur comprendra donc aisément que les attaques répétées de Soral envers Nabe commencent à me faire singulièrement chier, d’autant plus que j’apprécie une grande majorité des analyses lyrico-didactiques du fondateur d’E&R, et que je me sens généralement en bonne compagnie avec la plupart de ses militants. Ce qui est particulièrement pénible, c’est que les attaques de Soral, si elles ont comme origine la question du Onze-Septembre, débordent largement ce point pour en toucher plein d’autres (le style, le statut d’écrivain, la valeur humaine,… sans évoquer des tensions personnelles). Or, si la meute internaute des suiveurs soraliens s’exprime largement sur le Onze-Septembre depuis longtemps, et s’estime très compétente pour le faire, elle n’a assurément ni les outils ni les moyens pour parler des autres points, ce qui ne l’empêche pas de le faire abondamment, bien sûr. Seul un écrivain a le droit de mépriser le style d’un autre écrivain. Une tache anonyme et analphabète peut désormais écrire avec assurance sur sa page Facebook que « Nabe, c’est de la merde », puisque Soral l’a réaffirmé avec assurance dans son entretien de janvier 2012. Il est tout à fait probable que cette même tache le portait aux nues avant janvier 2010 (l’époque où les rapports entre Nabe et Soral étaient encore cordiaux), et il est encore plus probable qu’il n’en ait jamais lu une seule ligne (sauf peut-être un ou deux tracts). Il y en a même qui s’improvisent experts jazzistiques, pour ratifier la comparaison malveillante entre Coltrane et Zanini… Si je dis ça, c’est parce que j’en connais quelques-uns, de ces rougeauds renaudeurs, aussi nuls dans l’admiration que dans la détestation. Et si j’évoque janvier 2010, c’est parce que c’est la date de sortie de « L’Homme qui arrêta d’écrire », où se trouve la raison originelle du bannissement d’Alain Z. par Alain S.

Je passe rapidement sur « L’Enculé », le dernier livre de Nabe (manifestement apprécié par Jean-Marie Le Pen) déjà évoqué sur Parousia. Quand on aura vu un roman aussi drôle, juste et précis sur la juiverie financière internationale, on me fera signe… Et puis, les textes sur les « enculeurs d’enfants », ils ont déjà été écrits il y a sept ans : « L’ogre flou » (sur Dutroux) et « Les cent mille vierges de Fourniret » (in « J’enfonce le clou », 2004).
Concentrons-nous maintenant sur la question du Onze-Septembre, et le fait que Nabe passerait sa vie à flatter les Musulmans. D’abord, on peut lire son texte intitulé « Les collabeurs » (oui, c’est bien le bon titre original) daté du 13 août 2004, dans lequel il s’attaque à tous les Arabes collabos de France, de « Ni Putes Ni Soumises » à Jamel Debbouze. Si ce n’est pas suffisant, voyez son texte « Les Pieds-Blancs » consacré au film « Indigènes », où Nabe se livrait à une critique radicale des musulmans socialisto- ou libéralo-compatibles.

« On dirait que le seul but des Arabes français, c’est de surtout ne pas être considérés comme des voyous. Pour les collabeurs, les deux ennemis sont Sarkozy et Ben Laden. Le premier les pousse à devenir des voyous et l’autre les en dissuade ». La signification de cette phrase n’a pas changé d’un iota. Elle s’est même renforcée avec les années, aujourd’hui où il n’y a plus aucun musulman français qui ose encore émettre l’idée que Ben Laden ait un jour existé. A l’exception, là comme ailleurs, du grand Yahia Gouasmi qui, le jour où Ben Laden se fit tuer par les troupes américaines, fut le seul à ne pas applaudir ni ricaner (c’est pareil), et déclara tout simplement qu’une étoile avait disparu.

 De manière générale, le point de vue de Gouasmi sur le 11 septembre est bien moins simplificateur que ceux des médias de masse (l’Amérique entière a été surprise) et des médias alternatifs (c’est un attentat du Mossad). A moins que le seyyed chiite Gouasmi ne soit en réalité financé par le Qatar, bien sûr !.... Même chose pour Nabe : en avril 2004, il écrivait une apologie de l’armée chiite irakienne de Moqtada al-Sadr, tout simplement intitulé « L’armée du Messie » (toujours dans « J’enfonce le clou »). Ils cachent bien leur jeu, quand même, ces « résistants collabos »…

Il y a, derrière tout ceci, un certain « esprit Internet » qui me dégoûte… J’imagine parfois ce qui se serait passé, si le web avait existé à l’époque de Pearl Harbor. D’abord, tous les pro-nippons, et de manière générale, les anti-américains de la planète auraient applaudi des deux mains. Ensuite, apprenant l’entrée en guerre des Etats-Unis dès le lendemain, quelques bloggers « malins et à qui on ne la fait pas » se seraient demandé pourquoi les avions américains avaient été délibérément concentrés au début de décembre 1941 sur des plateformes de cuirassés US Navy facilement repérables, ou pourquoi la troisième vague d’attaques aériennes (qui aurait entièrement détruit la flottille américaine) n’a pas été ordonnée par l’amiral Nagumo, avant de dévoiler que certains fonctionnaires haut placés (jusqu’à Roosevelt lui-même) étaient au courant de l’agression bien avant qu’elle n’ait eu lieu. L’ensemble idéologique aurait pris corps, et peu à peu, des dizaines de spécialistes se seraient mis à démontrer que l’attaque était militairement et physiquement impossible, et que les pseudo-avions japonais étaient en réalité conduits par des chinois, en mission commandée pour permettre de justifier l’entrée en guerre des USA. Des internautes auraient ensuite écrit un livre collectif intitulé « L’attaque de Pearl Harbor n’a pas eu lieu ». Les pro-nippons de la première heure qui avaient salué le courage des soldats japonais auraient finalement passé pour d’infects collabos, faisant le jeu des rooseveltiens bellicistes et travaillant en secret pour la destruction atomique de Hiroshima et Nagasaki. En gros, si tu pars en guerre contre les Etats-Unis, tu es une salope car tu fais le jeu des Etats-Unis. Et ceci, même si tu te rends dans la région de Chûgoku au début du mois d’août 1945 pour exalter l’héroïsme du peuple nippon sous la forme d’un roman intitulé « Eté de Feu ». Je dis ça, c’est juste pour rappeler en passant que Nabe était présent à Bagdad en mars 2003 pour assister aux prémices de la troisième Guerre du Golfe.

Le complotisme n’est pas une vision cyclique de l’Histoire, c’en est une vision fermée. Ce n’est pas parce que tout est écrit que tout est joué. Dans le chapitre XX de l’Apocalypse, un Ange jette le Dragon dans l’Abîme afin de l’emprisonner. L’homme de bien s’en réjouit infiniment, même s’il sait que le Dragon sortira un jour de sa cellule pour se venger effroyablement. L’homme mauvais, lui, déplorera la mise au pas du Dragon, car il y verra une justification des atrocités que ce dernier commettra par la suite. Le complotisme radical revient, au fond, à considérer que le Mal est au moins aussi puissant que le Bien, et qu’il ne faut surtout pas accorder la moindre confiance à Dieu.

Je vous invite – si vous ne l’avez pas déjà fait – à lire « Une lueur d’espoir » de Nabe, ou bien à écouter la lecture que j’en avais donnée à l’époque sur une radio marseillaise. C’était le bon temps, où l’on pouvait encore se dire foncièrement anti-américain sans passer pour un résistant collabo…


Je me sens obligé de rappeler les choses suivantes : si Al-Qaida existe encore aujourd’hui, il n’a rien à voir avec celui qui subit plusieurs attaques coordonnées par la CIA en Afghanistan et au Pakistan, de l’automne 1997 jusqu’au 10 septembre 2001 (Inifinite Reach, Delenda, Afghan Eyes, …) ; tous les maronites et chiites libanais que je connais ont applaudi unanimement l’attaque du WTC, ce qui ne les empêche pas de mener aujourd’hui une lutte sans merci contre l’Arabie Saoudite, le pays le plus pourri du monde (la Bête de la Terre) ; je pense qu'après avoir envahi une bonne partie de l'Amérique centrale et du sud, une bonne partie de l'Afrique et une bonne partie de l'Asie sans jamais avoir demandé son avis à qui que ce soit, l'Amérique n'avait pas forcément besoin d'exploser elle-même les tours jumelles de New York pour justifier l'invasion de l'Irak ; je pense que l’attentat du Onze-Septembre a été réalisé par d’authentiques révolutionnaires, certains membres de la CIA et/ou du FBI étaient par ailleurs partiellement au courant et l’ont délibérément laissé s’accomplir (ce qui n’a strictement rien à voir avec le fait de l’organiser). S’il y a une réelle ambiguïté, elle se trouve bien chez certains sunnites français qui condamnent en sourdine les chiites et l’attitude de l’Iran (prétendument allié des Etats-Unis dans le processus de mise au pas de l’Irak), et pas chez certains révolutionnaires – musulmans (sunnites et chiites), chrétiens ou bouddhistes – qui lisent dans l’attaque du World Trade Center le signal de l’ultime châtiment eschatologique de l’Empire du Non-Etre.

Allez, moi aussi, j’enfonce le clou. Le 24 novembre 2010, le Duc de Trèfle m’avait demandé une page pour son journal « Le Quotidien des Martyrisés ». La voici. Je pense qu’elle résume assez bien ce que je veux dire : proclamer systématiquement que l’Amérique est la plus forte et la plus intelligente, c’est s’avouer par avance définitivement vaincu – et je me demande si ceux qui proclament ces idées-là ne sont pas en définitive payés par l’Amérique (à complotiste, complotiste et demi). Contre les situationnistes qui certifiaient que tout acte anti-spectaculaire ne pouvait qu’être récupéré par le Spectacle, certains disaient que cette affirmation ne conduisait en fin de compte qu’au découragement général, et qu’il existait au moins une bonne manière de lutter contre le Spectacle : exterminer physiquement tout être porteur d’une carte de journaliste. Je lis cet aphorisme de Dominique de Roux dans Immédiatement : « L’Amérique est à la biosphère ce que le cancer est au corps humain », et je proclame pour ma part que, face aux pensées démobilisatrices et porteuses d’espoir, la seule attitude qui vaille aujourd’hui est celle du kamikaze terroriste révolutionnaire : la mobilisation par le désespoir. Tout bloyen me comprendra.


37 commentaires:

  1. Nabe n'a jamais hésité à appuyer là où ça fait mal avec tout-à-chacun, y compris ses "amis" (cf les journaux intimes), il est normal que la vie lui rende l'appareil.

    Mais si Nabe est bien le plus grand écrivain français vivant, qu'il réponde aux attaques de Soral, et il mettra tout le monde d'accord, non ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci Laurent pour cette salvatrice mise au point.

    je dois dire que j'ai longtemps cru en cette théorie du complot, notamment celle émise par MissingLinks (l'implication des services Israéliens etc)

    Pour avoir rencontres a quelques reprises des haut diplomates, j'ai eu la chance d’être initie aux arcanes de la diplomatie Francaise et internationale. Le constat est sans équivoque: la gabegie, l'inculture et l’incapacité a saisir l’altérité des différents peuples font qu'une telle opération est strictement impossible au niveau organisationnel. je demande juste aux internautes de faire appel a leurs jugements, de manière strictement empirique, et de constater les errances et les erreurs grossières qui peuvent être commises en entreprise, par exemple, et voir comment celles-ci sont traites par la suite ("Si nous ne pouvons saisir les évènements, feignons de les avoir organiser!")
    D'ailleurs je note une petite chose: Je me suis interesse a ce genre de theories tres tot, des l'age de 14 ans, et on voit aujourd'hui d'innombrables videos sur "les Illuminatis", secte completement inconnu il y a peine 5 ans, c'est a dire au moment ou DailyMotion et YT ont commences a donner le pouvoir d'embedder leurs videos, theorie de la conspiration evidemment debile, et atrocement plebeienne (parfaite pour l'internaute de base) et certainement creer de toute piece par different services, ce qui est plus aise que de commander une operation de demolition sur son propre sol! ...

    Bref, je suis egalement fatigue par cet esprit complotiste internetique, qui finalement represente la pointe terminale de la postmodernité.Les complots existent, mais le complotisme est une méthode mecaniste typiquement moderne, scientiste, positiviste, et atrocement démocratique.Pour les amoureux de la hiérarchie, je finirais en disant qu'on prend trop souvent le "droit" de donner son avis sur le net, or, il faut en avoir l’autorité.

    RépondreSupprimer
  3. excuse moi laurent ,mais n'est ce pas plutot l'armée du Mahdi dont parle Nabe dans printemps de feu?
    steph

    RépondreSupprimer
  4. C'est en cours (en tout cas, ça l'a été) - extrait de l'interview donné à P. Ancery le 8 Nov. 2011 :
    "À mon retour de Tunisie, je me suis mis à écrire un autre livre sur les révolutions arabes, l’assassinat de Ben Laden, les conspirationnistes, qui devait sortir pour l'anniversaire du 11 septembre. Puis je me suis rendu compte que le nouveau 11 septembre, dix ans après, c'était l'affaire DSK. Je n’ai pas changé mon fusil d’épaule, j’ai changé de fusil, et toujours sur la même épaule." Lien : http://www.alainzannini.com/index.php?option=com_content&view=article&id=2701:bibliobs-nabe-ldsk-cest-moi-r&catid=74:interviews-presse&Itemid=93

    RépondreSupprimer
  5. Quand le lien direct entre Naruto et Alain Soral sera fait, on aura complétement compris les complotistes.

    Le complotisme est le romantisme du XXIème siècle. Comme par hasard, les livres préférés de Soral sont Voyage au bout de la nuit et La conjuration des imbéciles qui sont des manifestes du plouc paumé qui vague à l'âme. C'est surtout là que se rejoignent Soral et la jeunesse.

    En définitif, il faut se dire qu'Il y a deux choix possibles lors du passage à l'âge adulte : l'épanouissement viril de sa vie (lecture de Nabe) ou le désespoir total et facile sous couvert de lucidité politique (masturbation assidue sur les vidéos de Soral). Personnellement, je trouve ça ridicule qu'un supposé HOMME chevaleresque et couillu viennent baver sa jalousie très ponctuellement comme des menstrues avec autant d'assurance et devant autant de gens (que ça ne concerne pas vraiment). S'il y a une féminisation de la société à trouver, elle est là et pas ailleurs.

    ''Mais si Nabe est bien le plus grand écrivain français vivant, qu'il réponde aux attaques de Soral, et il mettra tout le monde d'accord, non ?''

    D'après ce qu'il en a dit, il allait le faire avant d'écrire l'Enculé. Il le fera, on peut lui faire confiance. Peut être sous forme de préface à la réédition d'Au régal des vermine, ou comme nouveau livre, qui sait. En tout cas, il faut le comprendre. Pour lui, Soral est une merde totale (avis justifié), mais il n'est qu'une merde de plus depuis 30 ans. C'est Nabe qui est spécial, pas Soral.

    Bien joyeusement,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es qui toi pour dire que Soral est une merde?Non pas que je le défende,ou que je sois Soralien,mais il est viril et couillu intellectuellement,cette guerre des égos est stérile en cette fin de Kali-Yuga.Les commentateurs de ton espèce sont petits et minables,quand tu auras la capacité d'analyse d'un Soral ou autre,tu pourras donner ton avis.Et puis il y a une chose qui m'agace au plus haut point,c'est la critique du complotisme,mais je leur dis à ces gens,continuez à mettre la tete dans le sable bande de cloportes.Il y a deux erreurs dans le complotisme,la première c'est d'en voir partout,et la deuxième,c'est de n'en voir nulle part.Etudiez l'histoire du nouvel ordre mondial,très bien détaillé dans les livres de Pierre Hillard,ou encore du défunt Pierre de Villemarest,et Yann mon Comble,l'irrésistible marche du mondialisme,les faits sont là et de sources vérifiable,et puis il suffit d'etre curieux et de fouiller dans les archives des sites d'instituts internationaux,ex:ONU il y a APNU,assemblée parlemntaire pour les Nations Unies,il y a clairement un projet de gouvernement mondial de la Banque,du système,après les anti-complotistes virulents m'exaspèrent,ils affichent clairement leur projet,peuples du monde on va vous écraser,et on va gagner tellement vos esprits sont conditionnés par le système,et on ose nier l'évidence,oui c'est un complot,n'en déplaise à ces détracteurs,d'ailleurs cette pourriture de David Rockefeller l'a clairement dit dans ses mémoires,oui nous complotons avec d'autres capitalistes de la terre,pour un monde plus intégré et unifié,donc un gouvernement mondial.On s'enfout de la querelle Soral Nabe en ces temps de grande dissolution,mais Soral dénonce avec cohérence le système,j'attends de voir Nabe attaquer ces pourritures de mondialistes avec la meme virulence,et là je pourrais me dire,voici un autre guerrier en cette extreme fin de Kali-Yuga.Je le répète,la querelle Soral nabe,on s'enfout royalement,mais il y aura toujours des personnes pour donner leur avis avec leur petit égo limité comme toi qui se cache derrière le pseudo de Riad,d'ailleurs c'est toi qui manifestement et le plouc paumé qui vague à l'ame.

      Supprimer
    2. @Nordine : "j'attends de voir Nabe attaquer ces pourritures de mondialistes avec la meme virulence"

      Toi, tu n'as manifestement pas lu L'Enculé...
      On est très au dessus de la navigation à vue pour ado internetique d'un Soral. Nabe creuse très profondément tous ses sujets. Dès qu'on creuse un tout petit peu Soral on se rend compte que derrière il n'y a que du vide. Par exemple, il est évident qu'il n'a jamais lu ce qu'a écrit Nabe. (Ce que rappelle Laurent James, qui n'en peut plus des mensonges à ce sujet). C'est flagrant pour l'ENculé, c'est encore plus flagrant sur les positions qu'il lui prête sur le 11/09. Une simple lecture d'Une Lueur d'Espoir ou de J'Enfonce le Clou. (Ou les tracts: Les collabeurs, les Pieds Blancs, etc.) suffisent à démontrer que Soral se fout de la gueule du monde par les prétendues prises de position qu'il prête à Nabe et agit en pur salaud à l'ego malmené.
      Le premier acte d'intelligence pour les soraliens serait d'aller d'abord vérifier à la source de quoi on parle et ce qu'à réellement écrit Nabe.
      A partir de là, il n'y a pas à répondre beaucoup plus.

      Supprimer
    3. @Nordine : Cher Salim, tu ne seras pas épargné, mieux vaut t'étouffer dans ton Gourbi Boulga, ton seul salut.

      Soral nous dit qu'il a lu le Koran, dans son dernier numéro, lorsqu'on lui pose la question "Quels regards portes-tu sur les valeurs portées par l'Islam" il élude, nous enfume et finalement nous entraîne dans une histoire non vécue de rencontre avec le livre Saint au Liban.
      Nabe, lui, a répondu à la question il y a 21 ans dans Visage de Turc en pleurs.
      D'un côté on a de l'esbroufe, de l'autre côté on a Nabe.
      Quand tu ne sais plus où tu en es mon cher Nordine, regarde une bonne boussole elle t'indiquera le N de Nabe.

      Supprimer
  6. Ah et juste ajouter :
    C'est quand même un comble (à moins d'avoir mal lu) qu'Alainzannini.com titre ''Il y a un début à tout : un nabien remonte les bretelles à Alain Soral'', alors que personne dans le staff du site n'a été foutu d'écrire une réponse en près de deux ans, lui qui est pourtant très réactif quand il s'agit de s'attaquer à des merdes insignifiantes et haies universellement du genre de Laurent-David Samama.

    RépondreSupprimer
  7. Un grand merci pour cet article Laurent James... il contraste merveilleusement dans une époque où la majorité semble avoir oublié Nabe si ce n'est pour lui cracher dessus. On oublie un peu tôt qu'en ces temps anciens où Nabe passait à Apostrophe d'autres étaient encore journaliste économique aux USA, prof de sociologie du vêtement ou lycéen. Et le belluaire moderne était seul... Je passe sur l'attaque "Zanini pere n'est pas Coltrane"; il faut ne rien comprendre au jazz pour entamer une comparaison entre les deux artiste. Cela revient à déclarer avec emphase: "Benny goodman n'est pas Miles Davis".

    RépondreSupprimer
  8. Cessons de tirer dans notre camp, bordel !

    RépondreSupprimer
  9. Soral ne se contente pas de dire des insanités débordantes de jalousie contre Nabe c'est en fait à la littérature qu'il s'en prend . L'art c'est un truc de gonzesse, Céline ou Nabe ne valent pas mieux que Proust : des planqués...Il ne l'a pas toujours proférée cette connerie et il la répète tant aujourd'hui que c'en est suspect comme s'il voulait se justifier ou plutôt s'auto convaincre qu'il ne s'était pas trompé .

    Soral ,lui a mis les mains dans le cambouis,il s'est sali les paluches ...toujours le même procès que l'on fait aux artistes . Réalisme soviétique et mercantilisme bourgeois unis contre l'Artiste. Vieille rengaine.C'est dégueulasse et plein de mauvaise foi ,l'art n'est pas coupé de la vie,il lui donne sens ,ses sens. Soral le sait bien comme il sait qu'il a tout perdu se fourvoyant dans la médiocrité des chicaneries politicardes.

    Moi ça me fait chier de voir Nabe mêler à ce genre d'histoire et je n'ai jamais eu la moindre estime ni littéraire ni politique pour Soral .Il affronte le Système,il est couillu ,viril et tout? ça vaut pas une ligne d "Alain Zannini" ni un chapitre du "Bohneur".

    Omar.

    RépondreSupprimer
  10. http://www.youtube.com/watch?v=bLOEDDoYMUY
    ♬ Pour toi mon Kamikaze, mon coeur s'embrase
    Fouetté par le Vent Divin, j'embrasserais Dieu et Ses Saints
    Pour moi le Kamikaze, la ville s'embrase
    Porté par le Vent Divin, j'embrasse Dieu et les Siens. ♬

    RépondreSupprimer
  11. Soral dit quelque chose de vrai dans sa video de janvier: "je n'est pas leurs talents" (il parle de Nabe et Dantec, c'est en tout cas clair pour Nabe)...
    Soral n'est pas un artiste le pauvre et il en souffre....l'intuition, l'éclair artistique révèle bien autrement le monde que toutes les contorsions théoriques du très intelligent Soral...il le sait, il en souffre et il soulage son gigantesque ego en amputant l'art de sa petite vision de militant révolutionnaire...(il crois que Dieudo est un militant, alors que c'est la liberté de l'artiste qui sauve le militant Dieudo)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A anonyme et vermontov,bande de cloportes toujours en train d'affirmer les boursoufflures de votre égo hypertrophié.
      Les égos ne sont que vaguelettes au sein du cosmos,l'homme est à lui seul un cosmos,et le cosmos est un grand homme à la pensée harmonieuse,vos pensées sont nulles et non avenues,limitées par l'étroitesse de votre égo.Contre la vanité ne t'enfle pas,sinon la piqure te fera crever.

      Supprimer
  12. Soral n'a pas la grâce innée de Nabe, il l'a compris, ça le fait chier. Après il l'avoue à sa façon dans ses vidéos par ses déclarations d'amour foireuses sous forme d'insultes pas très recherchées. Curieux de voir ce que Nabe lui réserve !

    RépondreSupprimer
  13. Moi je suis soralien je ne connais pas trop Nabe, en général je n'aime pas trop critiqué les écrivains, sauf ceux qui s'auto-proclame "philosophe" et qui chie sur la France profonde. Soral voit plutôt Nabe comme un rival je pense, quoi qu'il en soit je respecterai l'écrivain et qui plus est qui combat pour la bonne cause

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  14. ce que j'adore chez Nabe:sa valeur travail ,chez lui il n'est plus question de charge mais de moyen .il ne faut pas oublier qu'aujourd'hui on vit l'oppression ,aujourd'hui au travail on surveille ,on punit .si tu suis les raisonnements de Nabe ,tu te sens moins aliéne par le travail productif ,au travail ,il ne faut pas faire que travailler ,faut réflechir ,méditer dans son for interieur et savoir qu'il y a trente mille an les hommes vivaient unis

    RépondreSupprimer
  15. J'apprécie autant Nabe que Soral.
    Je ne vois pas en quoi c'est pertinent de vouloir absolument opposer l'un à l'autre et de pourrir encore plus la situation de ceux qui essaient encore de rester debout.
    Il s'agit d'un conflit de personnalité. C'est certes puéril, mais ce n'est qu'entre l'un et l'autre. L'engagement de la communauté internet n'a aucun intérêt, qu'elle soit anonyme ou par des supporteurs avoués de l'un ou l'autre.
    Si je devais lire un livre, je ferais confiance à Nabe, si je devais m'inscrire dans un projet politique ou éducatif, je ferais confiance à Soral. Chacun son métier.
    Étant donné le projet Soral, il est tout à fait légitime qu'il soit irrité par le discours de Nabe. Une vérité politique n'est pas une vérité littéraire et aucune des deux n'est la Vérité totale. Il faut inscrire le discours de chacun des deux dans sa propre démarche globale.
    Il faut quand même savoir admettre que Nabe a ce petit côté tête de con de l'écrivain génial. Bon, bah Soral il aime pas trop. Et alors ? Ça ne change rien pour moi ou pour quiconque, Soral n'ayant pas fait bruler les livres de Nabe aux dernières nouvelles.
    Le camp Nabe se place sur un plan plus élevé, celui de l'art, c'est donc de ce camp qu'il faut attendre l’apaisement de cette non polémique, même si elle origine de l'autre côté. C'est injuste, certes, mais c'est dans la nature des choses (cf gestion de conflit entre deux enfants d'ages différents.) En l'espèce, le prophète au dessus du guerrier.

    RépondreSupprimer
  16. Tout le monde sur internet le sait que les groupies de Soral sont des bobos étudiants parisiens, ils ont déserté le NPA pour suivre comme des moutons le gourou d'égalité et réconciliation et disent amen à tout ce qu'il dit. C'est pour ça que les gauchos ont une telle haine particulierement envers les soraliens et se sont attaqués à ta conférence qui n'avait pourtant rien de politique. Les gauchos s'attaquent rarement au bloc identitaire. On peut très bien croire en une idéologie politique et être fan d'un écrivain ou d'un groupe de musique qui ne partagent absolument pas la même idéologie. Ca doit exister des fans de Noir Désir ou de makossa qui votent Marine Le Pen. "L'enculé" de Nabe est un vrai chef d'oeuvre, un des rares romans que j'ai lu d'une traite en une journée. Y a que les romans de Jean-Louis Costes qui m'ont donné autant de plaisir à lire. Concernant le 11 septembre, je partage bien evidement ce que dit Soral et ça depuis le 11 septembre 2001 et je vomis encore plus que lui sur les barbus, jihadistes, salaafistes de putes, al qaïda. Etre résistant c'est combattre cette vermine qui gagne du terrain même en France. La cause palestinienne, les peuples dit "arabe" méritent bien mieux que ça.

    RépondreSupprimer
  17. Bon ba Soral a remis ça dans sa dernière vidéo...

    RépondreSupprimer
  18. Nabe ne se la joue pas "dissidant" (sic) mais artiste, et c'est bien là tout ce que lui reproche Soral.
    Et j'aimerais savoir ce que ça peut bien te foutre ce que Nabe pense du 9/11. Nabe n'a pas un fan-club, il ne donne pas de consigne de vote, il ne change pas d'avis selon la taille du chéquier - et c'est là aussi que Soral dit n'importe quoi. A l'entendre, Nabe resterait pro-Al-quaïda pour des raisons de porte-feuille ! Comme si le Nabe était un cacique des médias comme Onfray et consort. Est-ce que ça a empêché Nabe de démolir l'antiracisme dès le début, d'être juste sur les "collabeurs", sur Dieudonné, sur l'affaire Siné, sur Obama, sur les affaires de pédophilie, sur Cantat/Trintignant ? Est-ce qu'il a pris parti contre l'Iran ? Est-il devenu populaire, estimé, académique, bien-pensant, consensuel ? NON. Il a juste dit "le 9/11 c'est Ben Laden", point barre. Soral crève simplement de jalousie car, comme il le rappelle, Nabe ne s'abaissera jamais à considérer comme un auteur la plume responsable d'un CHUTe!

    A contrario, quel serait l'intérêt pour Nabe de jouer le doriotiste du XXIème siècle, ou le célinien moderne ? Visiblement c'est Soral qui est obsédé par l'ombre du géant de Meudon, pas Zannini. Même sur le degré d'antisémitisme, vu que c'est le critère principal pour être éligible au rang de dissident (cf. la dernière conférence de Soral)L'enculéest bien plus juste et corrosif que les minables allusions d'expert ès Logos, qui reprend tout le discours des années 30 en contrebande d'un discours républicain d'un opportunisme politicien abjecte. A ce petit jeu, ne doutons pas que son prochain libelle sera l’œuvre d'un contorsionniste compassé.
    Rappel : quand Nabe se payait Sportès et la LICRA pour réhabiliter Bagatelles, c'était en février 1985. Pas en 2011. Quand il rééditait dans une feuille parisienne les discours de Pound sur le Talmud et la haute-finance, c'était en 2003. Bien sûr, ce n'est pas un discours utile, ce n'est pas rassembleur, ni pédagogique, ni stratégique. Soral est plus cauteleux. Mais il sait qu'il est arrivé bien après, avec des bouquins lourdauds et inutilisables aujourd'hui (entièrement alimentés par Freud et Marx, sous fond de républicanisme soft) et littérairement quelconque. La postérité le gardera comme un agitateur amusant et assez pathétique je crois, comme les Tailhade, les Darien, les Béraud d'hier (lesquels avaient plus de talent d'ailleurs.)

    Quand bien même son discours serait utile, mobilisateur, éveilleur etc. il suffit de lire les cohortes de niais qu'il fédère pour raisonner sereinement : il disparaitra bien assez tôt des consciences. J'ajoute : il vend 32 000, Finky fait 80 000. Politiquement, cela ne change rien à rien. Le FN est toujours minoritaire, ER ne grandira pas et la vision du monde des lecteurs de comprendrelencule restera la chasse-gardée d'une infime minorité. A partir de là, on peut penser raisonnablement que le parti de Nabe, en hauteur de la politique, gagne sur tous les tableaux. Les dissidents, qui se multiplient comme des pains (Livernette et consort), tiendront leur petite boutique en assurant, le regard fier et dur, "qu'ils font ça pour leur conscience". Nous ne sommes pas obligé de les croire.

    RépondreSupprimer
  19. Bien la peine d'évoquer l'Apocalypse si c'est pour inviter au suicide terroriste qui ne fait qu'exciter la matrice un peu plus. Quant à Bloy, sa détestation des chrétiens et du christianisme moderne est un bon purgatif. Il a soif d'histoire, mais il s'est fourvoyé dans l'erreur qui consiste à idéaliser un moyen âge d'or, un temps où les chrétiens l'étaient vraiment. Erreur morale et politique, car il n'y a pas d'époques successives dans le christianisme. Il y a la vérité d'une part, et le monde de l'autre, incitatif à regarder la réalité à travers le prisme déformant du langage, qui donne une consistance au passé et au futur, parfaitement inconsistants ; comme si nous déduisions les époques des effets du temps sur notre corps.

    RépondreSupprimer
  20. Il me semble que tout a commencé au livre "l'homme qui arreta d'ecrire" dans lequel Nabe defonce le complotisme du 11 septembre faisant malheureusement le jeu du choc de civilisation si cher aux hungtinton,Zbigniew Bresinsky, et autres crevures americano-sionistes.
    Arretez cette chamaillerie sterile svp.
    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  21. Mais surtout, il faut, et il faudra un jour de toute façon et une bonne fois pour toutes, dire a tous ces connards qui aiment l'écriture de Nabe mais qui ne supportent pas qu'il traite de sujets politiques (les mêmes trous du culs, finalement, que ceux qui n'aiment Nabe que quand il écrit sur le Jazz), qu'aborder Nabe sur un plan idéologique, c'est se casser les dents illico. Merci à Alain Soral, d'ailleurs, d'avoir compris qu'il ne pouvait décemment pas dire le contraire à propos de Nabe et de rediriger la pique sur Chauprade !
    Il y a deux problèmes centraux à cette aigreur mauvaise et soralienne : il n'a jamais digéré que Nabe n'apporte aucun soutien a E&R et qu'il ne rejoigne pas les listes antisionistes (je vois pas qui ayant lu Nabe pourrait s'en étonner), premièrement, et ensuite (ou d'abord), la question du 11 septembre, dont la dénonciation du soi disant complot est, quoi qu'ils en disent, leur clé de voute à tous (Soral et LLP en tête). Tout leur fanatisme se retrouve ici : ils ne supportent pas que Nabe ne les rejoigne pas sur ce plan là aussi, ca les fait bugger, et la seule solution qu'ils ont trouvé pour se mentir à eux mêmes dans leur monomanie ridicule, c'est de dire (et se dire) que Nabe s'est décrédibilisé politiquement en soutenant les origines AlQaidesque de l'attentat. J'en finirai jamais d'halluciner sur la haine que peut générer le refus de Nabe d'adhérer à une thèse qui n'a jamais été la sienne... Toutes les autres accusations sur le rapport de Nabe a ce qui est politique et social sont autant de dérivés de cette fracture première. Admettre que Nabe a raison sur un seul plan politique, c'est admettre qu'ils peuvent avoir tort sur le 11 septembre, et s'ils ont tort sur le 11 septembre, ils n'existent plus du tout. Essayez d'imaginer un monde où Nabe aurait admis un complot possible (je sais, c'est pas facile, mais l'exercice est intéressant) : plus une seule de toutes ces accusations n'existerait, et Nabe serait alors pour Soral, LLP et tous leurs moutons, rien d'autre que le meilleur de tous les écrivains et résistant admirable. Maintenant remettez vous dans le contexte réel, et mesurez le ridicule de leurs salves frustrées...

    RépondreSupprimer
  22. Je pense qu'il ne faut jamais sous estimer a quel point Nabe crée des complexes d'infériorité chez de nombreuses personnes qui aiment à se croire supérieures (y a qu'à voir comme Soral se pose en gourou de la pensée chez ces jeunes de la vidéo dont je parle au dessus et qui le prennent pour leur führer : s'entourer de gens mediocres, c'est toujours s'assurer qu'aucun ne sera meilleur que soi...). Donner tort à Nabe sur un point, c'est s'octroyer la possibilité de penser qu'il a des faiblesses là où on croit ne pas en avoir, et donc écarter cet écrivain qui gène dans un espace où on veut se sentir supérieur. C'est exactement la même chose que la métaphore du miroir de la sorcière de Blanche Neige : quand le miroir lui dit que Blanche Neige est plus belle qu'elle, la seule chose qui reste à la sorcière, c'est le désir d'éliminer sa rivale. Rien d'étonnant d'ailleurs, à ce qu'un ex enfant battu raisonne de la sorte : l'illusion de supériorité est une des seules défenses face à la sensation d'être une merde sans valeur qui le poursuit depuis toujours... Enfant battu il était, enfant battu il reste, sauf qu'aujourd'hui, Soral est battu par lui même, suicidé d'avance, battu à plate couture d'avance par Nabe qui lui, ne le loupera certainement pas. Y a comme un "Surmoi" soralien qui lui refuse autre chose que ce statut d'enfant coupable d'être ce qu'il est. A mon avis, voir autre chose dans le comportement actuel de Soral, c'est se laisser enculer par son usine à "paraitre". C'est con, c'est ballot, c'est même un peu triste, mais la connerie, l'hystérie et le jeu de gros bras qui roulent des mécaniques ont leur limites.

    RépondreSupprimer
  23. Egalité mon cul ! Réconciliation mes couilles ! Quand Alain Soral, en plein caca nerveux, véritable fuite en avant autodestructrice, parle "des dégâts produits par le narcissisme allié à l'immaturité" on a vraiment l'impression qu'à cet instant, dans un dernier sursaut de lucidité, il est en train de parler de lui ... Parce que quand même, vu la mauvaise foi (Nabe chie sur les gazaouis !!! Qu'est-ce qu'il faut pas entendre !), les approximations, la haine rentrée qui transpire de toutes part de son truc, on reste sérieusement perplexe sur les motivations. C'est à se demander si ce n'est pas la nomination au Renaudot qui lui a fait péter un cable ! J'en ai toujours rêvé (catégorie "Essais" bien sûr, le roman c'est un truc de tapette dégénérée), Marc-Édouard Nabe l'a fait ! Ce serait bien misérable ... Mais bon, la psychologie c'est comme l'idéologie, celui qui prétend qu'il n'y en a pas est un menteur ou un imbécile.

    RépondreSupprimer
  24. L'Egalité et Réconciliation, la vraie, Nabe n'a pas attendu Soral et ses slogans qui sentent toujours un peu la pub, pour en jeter l'idée concrète. Quand au moment de la Guerre du Golfe, Nabe a lancé un appel à tous ceux qui ramenaient leur gueule, pour aller le dire sur place face aux Américains, à Bagdad ! Nabe s'y est en fin de compte pointé seul, par une route où prendre un taxi depuis la Syrie c'était sérieusement jouer à la roulette russe avec les bombardements. Pendant ce temps là le Soral donneur de leçons de peau sur la table il était au maquillage dans une loge chez Mireille Dumas ! Il serait amusant aussi que sur le 11 Septembre, Alain Soral aille donner des leçons d'histoire du terrorisme à Carlos, dont il étaient tellement fiers de récupérer les propos au sein de la liste antisioniste, et qui est complètement sur la même longueur d'onde que Nabe sur les attentats du 11/09... D'ailleurs, évidemment, qui en 2004 donnait dans un journal la parole à Carlos du fond de sa prison ? La Vérité (objectivement, ça avait quand même une sacrée autre gueule que Flash !) recueillait à l'époque tous les combattants. C'est dans le journal de ce faux subversif de Nabe et où écrivait ce faux subversif de Carlos que le vrai subversif Alain Soral pouvait parler de Jamel Debbouze.

    RépondreSupprimer
  25. Même sur la fameuse "question sociale" dont au fond Soral n'a en réalité absolument rien à foutre, il ne suffit pas de vouloir en faire son domaine pour que ce soit vrai. Même sur la question sociale, Nabe l'aligne. A l'heure actuelle je crois qu'on peut signaler qu'on en apprend plus sur les conditions de ressources de la profession d'écrivain (ou même de journaliste) par les interviews de Nabe et L'Homme qui arrêta d'écrire, que par le brassage soralien qui n'entre pas en fait dans les détails, même dans Chute ! Par exemple, avant de lire l'Homme qui arrêta d'écrire, j'ignorais l'existence d'un organisme comme l'AGESSA ... Ou bien les chiffres précis du partage économique sur les revenus d'un livre. ça c'est du concret social ! Soral parle du complot de l'Empire, Nabe lui illustre en une formule la situation des producteurs de lait ! Nabe a fait le boulot que Soral qui pourtant était au PC dans une cellule consacrée à la branche des journalistes, n'a pas fait. Et, même si elle ne concerne que certaines catégories de population parisienne, De même qu'on en apprend plus en lisant Balzac ou Proust que dans Marx, il y a plus de sociologie des années 2000 dans l'Homme que dans toute l'oeuvre d'Alain Soral. Mais bon, il est vrai que le travail de l'écrivain n'est qu' individualisme bourgeois dégénéré (LLP, sors de ce corps ! ). Le sociologue Soral, qui a les pires problèmes face à toute personnalité qui ne rentre pas dans son insupportable panel de catégories prédéfinies (L' Ecrivain c'est "le fils à maman", "l'idiot utile", "le faux rebelle", etc ... ) n'imagine pas un instant, tellement ça lui est étranger, qu'il puisse en être autrement et qu'un écrivain en guerre contre son époque et le monde puisse causer des dégats durables et triompher de façon autrement plus sérieuse qu'un de ces chefs de cénacles pré-révolutionnaires comme les a si bien décrits Dostoievski. On lui parlera de Dante une autre fois.

    RépondreSupprimer
  26. Ainsi donc, selon lui, Nabe ne sait pas ce que c'est que les travailleurs et n'a rien compris au substrat de l'œuvre de Céline qui serait le social.
    Ne perdons pas de temps à énumérer tous les textes de Nabe qui abordent la question sociale (Pensée directe, Anarchie obligatoire, Drôle de chômeur, les passages du Régal des Vermines sur le communisme, Un Idiot dans la forge, S.D.F. go home, Le Cœur sur la paille, L'Homme qui arrêta d'écrire, etc). Ne nous attardons pas non plus à lui expliquer que Nabe, quoique grand écrivain est aussi un travailleur, qu'il y a plus de praxis marxiste dans le bras d'honneur que ce petit travailleur du livre a fait aux vautours du monde des lettres que dans toutes les gamberges soraliennes, et que ce bras d'honneur est aussi une vengeance posthume de Céline contre ses exploiteurs. Comparons plutôt leurs actions puisque là me semble être l'un des nœuds de la discorde :
    Quand Nabe réalise concrètement une révolution littéraire (l'anti-édition), Soral se fantasme entrant dans Paris sur un char devant la cour des miracles qu'il s'est constitué. Pourquoi ? Mais parce qu'il a pris conscience que ses films et ses romans ne lui laisseront aucune chance de passer à la postérité, bien sûr. Après tout, quoi qu'on pense de ses orientations politiques, sa reconversion ne manque pas de lucidité sur ce plan. Sauf quand il reproche à un vrai artiste de ne pas avoir fait le même choix que lui. La compétence d'un coté, le désespoir d'un artiste raté de l'autre.

    RépondreSupprimer
  27. L'une des choses que Soral ne supporte pas chez Nabe, c'est son aptitude à exister en tant qu'individu, en dehors de toute idéologie, rétif à tout embrigadement militantiste. Soral n'arrive pas à concevoir que l'on puisse s'engager dans les problèmes de son temps sans adhérer à un parti politique. C'est pourtant là une condition élémentaire pour qui souhaite préserver sa liberté de parole, tant il est vrai que l'homme de parti, par inaptitude certainement à créer sa propre voie singulière, se trouve contraint de respecter une ligne directrice imposée pour tous. Son parcours le montre amplement : du parti communiste au parti antisioniste, en passant par le front national ou le groupuscule Egalité et Réconciliation, Soral a besoin d'évoluer au sein d'une collectivité, de se sentir porté par un groupe, entouré dans un cadre sécurisant. De même, sur un plan purement intellectuel, il lui faut au préalable la caution d'une théorie avant d'agir ( mimétisme de Girard, marxisme, etc. ) , attitude on ne peut moins instincive qui le sépare de Nabe. C'est cette nécessité de penser dans un cadre préétabli qui amène Soral à privilégier au sujet de Céline une approche sociologisante plutôt qu'esthétique.
    C'est la jalousie qui dicte à Soral ses paroles pleines de rancoeur. Jalousie visant le talent de Nabe mais aussi ses succès récents : le fait que ce dernier se soit émancipé à peu de frais finalement, et presque tout seul, d'un système asservissant, alors que lui, Soral, continue de végéter dans l'attente d'un grand soir ajourné sine die. Il faut bien comprendre l'arrière-pensée de tous ceux qui un jour ou l'autre ont cherché des noises à l'auteur du Régal des vermines : de Zagdanski à Soral en passant par Besson ou d'autres. Quitte à susciter une réaction violente, leur pensée secrète est de se placer, fût ce un bref moment, sur un pied d'égalité avec celui qui les met tous devant leur pauvreté intime. En cela, à défaut de réconciliation, Soral, par une sorte d'ironie à rebours, n'abandonne pas complètement son projet égalitariste. Mais à vouloir à tout prix égaliser ce qui est inégal on se condamne à contrefaire la réalité. C'est exactement ce qui se passe dans son texte.
    On sait que Soral aime à se présenter comme étant un agitateur. C'est une appellation qui lui convient bien en effet. Il gesticule dans le vide, une bière à la main, pour s'étourdir un peu plus de l'importance de son propos. Il se dépense sans compter avec une éloquence de tribun gaspillée devant des coteries généralement complaisantes et captivées par son charme indéniable. Il ressemble de plus en plus à un bonimenteur soucieux de vendre ses salades au prix des pires contorsions paradoxales. C'est triste de le voir déchoir au point de se laisser aller à soutenir mordicus les énormités aberrantes des complotistes, et à s'en prendre à une personne comme Nabe, qui l'a soutenu sans équivoque, tout en veillant - c'est son droit - à ne pas se laisser récupérer ou phagocyter par le mouvement Egalité et Réconciliation.

    RépondreSupprimer
  28. Soral n'est pas libre, il se fait piéger par ses propres constructions théoriques. Voulant se positionner en maître à penser, il est obligé de maintenir coûte que coûte son bateau sur les flots.
    Essayant de se faire une place sur la scène politique, il va d'un parti à l'autre, essayant de trouver les alliés, et pôur cela il lui faut toujours un concept qui tient à peu près la route. D'abord FN (on rappelle son discours anti-immigration et nationaliste), maintenant il essaie d'apprivoiser les muslims,demain ça va être qui? Egalité et Reconsiliation c'est un concept séduisant, mais ça ne marche pas et il se rend compte lui même, dans cette vidéo où il parle de Nabe et de Céline, il dit lui même qu'il n'y pas de l'unité entre les musulmans, que dans la vraie vie c'est beaucoup pus compliqué que ça. Il sait très bien qu'il est de même pour tout: les communistes, les nationalistes, les antisionistes, etc etc.....Et après ça il reproche aux autres de ne pas être dans le même camp: SON CAMP, précisement, car lui seul a raison..... Il flingue tous les alliés possibles tout en criant à la reconsiliation.... C'est là qu'on voit que ce n'est qu'un slogan, lui même n'y croit plus.... J'ai toujours défendu Soral, même quand il est allé chez FN, car je croyais en la sincérité de leur envie de reconciliation ( je sais, je suis naïve), mais aujourd'hui je vois que le discours de Soral ne colle pas avec ce qu'il fait. Nabe n'a jamais caché qu'il ne partage pas les idées de Soral, mais son attitude envers lui restait loyale: que je sache, il n'a jamais rien dit de tel qui pourrait nuire a l'entreprise de Soral, alors qu'il aurait pu le flinguer sur plein de sujets!! Il y avait de quoi en plus... voilà où elle est, la vraie solidarité entre "les résistants" (je mets entre guilemets car c'est un mot qui signifie des choses différentes visiblement , pour tout le monde). Nabe n'a pas changé, alors qu'est-c'e qu'il s'est passé, pourquoi d'un coup Nabe est devenu dans les yeux de Soral un "pro-système"? un "demi-couché"?... Soral n'est plus dans la recherche de la vérité depuis longtemps (depuis toujours??), ses efforts sont désormais dirigés uniquement envers la validation de ses théories, coûte que coûte, car il en joue ici de sa réputation..... Mais son batiment coule.....Il ne reste plus que des gens qui ne veulent pas accepter qu'ils se sont trompés, qui le suivent bêtement, mais les gens qui l'acceptent , comme moi, quittent le batiment. Soral est mort. En tout cas pour moi. J'ai enfin vu son vrai visage....j'espère sincérement qu'il n'aura jamais le pouvoir, car là j'aurai peur....
    Je ne parle même pas de l'expérience que j'ai eu en essayant de discuter avec les soraliens: finalement, la réponse a mes critiques était toujours la même: censure ou banissement.... j'ai été bannie du forum de Soral alors que j'ai jamais insulté personne . Et maintenant, les commentaires sur dailymotion...Faut tomber bien bas pour supprimer les commentaires défavorables a Soral, purement et simplement.....Quel manque de courage, lui qui brandit en l'air ses gants de boxe a chaque occasion...pffff.... Bref, ne chipotons pas. L'affaire est close pour moi, adieu, Soral!.

    RépondreSupprimer
  29. http://agedefer.blogspot.com/2012/02/le-marteau-dhades-ou-recits-de-la-forge.html

    Une réponse complémentaire de celle de Michel Drac, effroyablement longue - courtoisement, d'un auteur du livre .

    RépondreSupprimer
  30. Comme Maxhno, je ne comprend pas ce débat: peu importe ce que Nabe a écrit (on a pas tous le temps et on peut préférer d’autres lectures), pour le sens du débat, ce qu’il a dit en tout cas laisse penser clairement qu’il valide la thèse officielle du 11 septembre, et c’est juste ça le problème. Nabe comme soral nous ont à tous beaumé le cœur, et même à ceux qui critiquent aujourd’hui l’un ou l’autre. Qu’ils ne puissent pas unir leurs talents pour contribuer à nous sortir de la merde politique et idéologique contemporaine me donne envie de les critiquer tous les deux. Qu’ils ne puissent pas s’entendre en coulisse alors qu’il étaient apparemment potes, pour clarifier la lutte, et qu’ils entrainent James à prendre partie (maintenant il faut attendre la réponse de soral à sa réponse article...), je trouve ça vraiment très très con. Mais pour autant je ne trouve pas justifiée les attaques des nabiens sur Soral, ni celles des soraliens sur Nabe. Nous avons à faire à deux chercheurs de vérité, deux mystiques, un politique et l’autre artiste, et je crois qu’une grosse partie du problème se joue là, non pour des raisons de jalousie, ni l’un ni l’autre n’ont de raison de se jalouser vu leurs exploits et courage respectifs, mais en raison leur trop différente idiosyncrasie. Et, s’il y a un problème d’ego, il vient des deux, car aucun ne peut légitimement se sentir supérieur à l’autre, et c’est vraiment bête qu’on doivent avoir ce débat. Je regrette ce temps où j’allais quêter à désir égal les vidéos de l’un comme de l’autre. Aujourd’hui, comme ce n’est plus clair, on est presque forcé de faire un choix qui ne peut être que mauvais. Amitié`à tous.
    PS: Soral a un seul gros problème selon moi, c’est qu’il me semble inapte à l’introspection, et c’est finalement ce que tous les nabiens lui reprochent, de ne pas réaliser que ses attaques sur les cadets de la bourgeoisie parasites, séducteurs, immoraux et socialement inadaptés, analyse que je trouve fort éclairante et donc je ne reprend que la synthèse, s’applique fondamentalement à lui en premier lieu. Ok, Soral peine à se regarder autrement qu’à travers son nombril, mais une fois qu’on a cerné le problème, on peut noter sa grandeur malgré tout. C’est ça l’amour, et non l’idolâtrie, que de savoir comprendre l’autre malgré ses défauts...

    RépondreSupprimer
  31. Les deux peuvent se tromper, et peuvent avoir des défauts ! Nous ne sommes que des êtres qui essayent d'atteindre une certaine perfection ! Elevons nous...

    Bonne continuation à Nabe, à Soral... (à Laurent...!)...........!!! "AllaHou Akbaar"!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  32. @ Laurent James
    Il n'est jamais trop tard pour bien faire ...

    Vous commencez à vous apercevoir que le moine illuminé Sot-Raël est un clown triste et qu'une majorité des partisans de sa petite secte politique sont de jeunes crétins paranoïaques prêts à approuver la dernière sottise du vieil has been.

    Bravo !

    Un bon conseil, allez-y doucement avec votre prise de conscience car vous prenez le risque d'être un jour à nouveau agacé par la honte qui vous envahira en considérant vos propres anciennes positions métaphysiques et/ou idéologiques ...

    En d'autres termes je veux vous dire par ce commentaire que j'apprécie vos efforts à vous dégager de l'impasse du militantisme politique imbécile de ces milieux

    Au passage, je veux vous dire également ma sincère admiration pour votre courage car il en fallait beaucoup pour avoir oser lire en public un des pamphlets de Céline.

    JLA

    RépondreSupprimer
  33. Messieurs L.James et M.E.Nabe vous avez mon admiration.

    RépondreSupprimer