mercredi 25 mai 2011

Orient et Occident

Samedi dernier, un comité d’accueil pour le moins hostile à la transcendance s’était invité devant le Fleurte Café de Rennes, afin de signifier son mécontentement face à la tenue d’une « réunion d’extrême-droite ». Aucun de ces cinquante bulots n’avait la moindre idée de la teneur de l’événement en question, bien sûr : il s’agissait tout bonnement d’un spectacle de lectures de Parousia, suivi d’une conférence sur l’ésotérisme révolutionnaire. Le front un peu lourd, le regard fuyant et buté, l’écharpe noire de traviole, les épaules graisseuses et les mains fébriles, tous ces gens se ressemblent un peu aux entournures : instinctivement grégaires, ils sont présents pour faire face à « l’extrême-droite contemporaine » ; ils ne savent pas vraiment de quoi ressort le spectacle contre lequel ils se battent, mais en revanche, ils savent très bien qu’il ne faut pas le laisser passer. Lorsqu’on leur pose la question, ils vous lâchent en vous regardant de côté : « c’est pas la peine de me parler, je sais qui vous êtes ». Ils ne sont pas véritablement haineux, même s’ils empêchent délibérément les assoiffés de métaphysique d’entrer dans le café, et s’ils donnent des gifles retentissantes à des passants qui ont le culot de refuser leur tract intitulé « Antifascisme – Guides Pratiques, n°1 : qui est vraiment Alain Soral ? ». Je serais presque heureux de trouver que ce tract ressemble à une fiche bricolage du Professeur Choron, mais l’absence radicale de tout humour profond teinte l’ensemble d’une bêtise noire et visqueuse à faire bailler un ornithorynque. Ces « antifascistes » sont assez bêtes et un peu méchants, ni plus ni moins. Ce qui est intéressant, c’est d’observer leur réaction face à des êtres humains authentiques, c’est-à-dire des gens normaux qui commencent un peu à s’énerver quand on les emmerde pendant plus d’une heure en braillant comme des truies devant leur bar. Pour ma part, j’étais trop occupé par la mise en place technique des lectures et de la conférence (330 diapositives à synchroniser avec des sons, des musiques et des vidéos) pour me livrer pleinement aux échauffourées verbales. Je me suis tout de même agacé à un moment donné, quand un des gueulards en vint à me traiter « d’intellectuel parisien ». Merde alors ! Moi, un physicien marseillais ! Que l’on m’insulte de fasciste, je veux bien, mais d’intello parisien, ça jamais ! La tension grimpa alors jusqu’au plafond. Une demi-heure plus tard : tout rentra dans l’ordre et la justice. Une très sainte alliance de Sri-Lankais, d’Arabes musulmans, d’Hindous et de chrétiens johanniques vainquit le ramassis de Blancs athées et libertaires, au cours d’une bataille qui fut aussi courte que décisive. Ce fut, en somme, une excellente initiation aux thèses développées durant ma conférence : c’est l’union des spiritualités qui permettra de renverser l’Empire du Non-Etre. Orient contre Occident : la réalité physique et concrète de ce combat inaugurateur de l’Ere du Verseau commence à prendre chair dans les rues de notre pays. Les analyses de René Guénon se glissent aujourd’hui dans nos veines brûlantes de radicalité métapolitique. Je suis fier de combattre aux côtés d’Egalité & Réconciliation et du Parti Antisioniste, ces deux auberges gauloises où Don Quichotte accepterait volontiers de s’établir pour quelques nuits.

La France, c’est le pays illégitime : celui des bobos du centre-ville (cette Ile-de-France délocalisée), ceux qui veulent annuler votre réunion pour votre bien, ceux qui savent à votre place ce qui est bien pour vous et ce qui ne l’est pas, ceux qui courent se réfugier dans les bras des forces de l’ordre (qu’ils ne haïssent que tant qu’ils n’en ont pas besoin) en cas de défaite, ceux qui ont renversé la Tradition pour le bonheur des bourgeois, des banquiers et des journalistes, pour l’établissement du règne de la quantité.

La Gaule, c’est le pays réel : celui des mystiques au corps de pierre, ceux qui s’épaulent dans l’adversité au nom de Dieu, ceux qui placent leur instinct de la hiérarchie au service de la révolution intégrale, ceux qui enrichissent leur vision intérieure pour faire à nouveau émerger le principe de qualité dans les relations entre les êtres humains. Ceux qui savent qu’au final, c’est l’autorité spirituelle qui aura le dernier mot.

8 commentaires:

  1. "Que l’on m’insulte de fasciste, je veux bien, mais d’intello parisien, ça jamais !"

    Bien vu ! Vous m'avez bien fait marrer sur ce coup là !! :)

    "de chrétiens johanniques"

    Pourquoi chrétiens "johanniques" ?
    Chrétien tout court, c'est tellement plus beau.
    Avec d'être de l'Eglise de Pierre ou de l'Eglise de Jean, nous sommes avant tout de l'Eglise du Christ !
    (Veuillez m'excuser si ma remarque n'est qu'un pinaillage stérile)

    Bien cordialement.
    Un anonyme.

    RépondreSupprimer
  2. Laurent,
    Tu déconnes à péter plus haut que ton cul béni...
    Le monde se fout de tes conneries johanniques, ces "libertaires" sont aussi cons que tes propos : vous vous usez sur le Rien que représente ton sujet....
    Branlette métaphysique, merdeuse et vaine....
    Tu n'es rien, eux sont comme toi : des révolutionnaires sans écoute : 12 de chaque coté et tu en fais un plat......
    Tu n'as jamais été un mat de navire, tu ne le seras jamais ........
    Une crotte..... sans odeur, ni saveur.....

    RépondreSupprimer
  3. Le deuxième anonyme est un trou du cul. En tant que tel et plutôt que de souffrir à l'écoute de l'incontournable M. James (et sa pêche magique:-), il pourrait diriger ses clics là où il souffre moins et nous laisser goûter aux rares interventions de M. James, interventions dont les relatives approximations constituent justement un élément qualitatif de souplesse tout à fait à propos dans sa poursuite déterminante de la désoccultation de l'ésotérisme.

    Si je pouvais donner un conseil qui vaut ce qu'il vaut à Laurent James ça serait le suivant: Pourquoi ne pas profiter de ta formation scientifique pour justement donner une teneur épistémologique révolutionnaire (si possible toujours avec les approximations pour respirer:-) par des tentatives générales de remariage du langage esotérique et scientifique. Et je propose une lecture de la science moderne essentiellement positive (le négatif est évident, tout le monde en parle, pas besoin de connaissances ésotériques pour l'identifier), soit en tentant d'isoler le positif 'accidentel' des opérations scientifiques modernes, faire émerger le sens derrière la mesure (ne pas résumer simplement par la notion de Kali Yuga, qui est parfois un sacré fourre-tout et car si nous sommes véritablement entrain de vivre le Kali Yuga, alors des éléments radicalement positifs qui préfigurent l'homme nouveau doivent être déjà distingués par celui qui voit, et ce même, et surtout devrait-on dire, au coeur de l'ombre la plus épaisse). M'est d'avis qu'un travail sérieux dans cette direction, soit en diminuant la dimension politique (qui je pense, ne peut qu'être esthétique aujourd'hui, aussi justes que soient tes propos) au profit de spéculations scientifico-ésotériques qui constitueront des pistes, des tracés (qui seront un jour d'autant plus politiques que la dimension politique sera suffisamment ignorée pour concentrer ses énergies au bon endroit). Pour résumer, une réorientation ésotérique de la science, mais sous forme de chantier.

    En gros, il s'agit de reprendre le travail d'abellio là où il s'est arrêté, le poursuivre et lui donner un coeur et une vie (ce qui d'après moi exclu quasi à coup sûr, sauf miracle, la forme écrite qui ne peut aujourd'hui comme hier permettre ce que restitue l'oralité (le retour des mots vivants, chargés), tout au plus peut-elle être un cahier de route.

    Voilà voilà. Sinon, total soutien à Laurent James qui, c'est facile à deviner, ne mesure pas sa sueur et qui est d'une générosité qui a peu d'exemple. Il faut avoir les yeux crevés pour ne pas s'en rendre compte.

    samuel

    RépondreSupprimer
  4. Merci Laurent, et continue.

    RépondreSupprimer
  5. Une crotte que tu aimes bien renifler et que tu suis comme une mouche ... à merde.

    Petite bite, va.

    RépondreSupprimer
  6. Cher inconnu anonyme de mes deux,

    Et toi, qui es-tu ?
    Manifestement, à l'opposé de Laurent, tu es bien un étron puant...avec odeur et saveur...
    Au lieu de te prendre pour le porte-parole du monde, occupe-toi de tes couilles !
    Présente-toi au moins, ou ferme-la à tout jamais, blaireau! "Une opinion doit émaner d'un homme. Or, il se trouve que l'enragé anonyme comme toi se rapproche plus de la loutre que de l'homme !"
    Fumier.

    RépondreSupprimer
  7. Moi aussi rien à foutre des conneries johanniques, ou de je ne sais quel autre soralo dieudono blanruo prechi precha à la con sophistiqué pompeux, pour leur vanité seulement. Comme si le peuple il avait les moyens de se rebeller !

    Laurent, le pauvre, il se rend même pas compte que son système contient une aporie à la limite de l'indécence intellectuelle.

    "régénérer l'élite" ! qui donc ? le peuple ?

    Une élite se régénère par les meilleurs de son élite.

    Mais depuis quand la merde remonte par l'anus ?

    Et si _ça arrivait l'élite aurait du caca qui lui sortirait de la gueule tellement elle porterait la bouse du peuple dans sa gorge.

    C'est bien un mythe biblico-marxiste (donc un mythe juif) que de compter sur le peuple pour changer les choses. Les juifs ont bien usé de ce stratagème pour faire tomber la noblesse, et maintenant que l'élite c'est eux, y a plus ni christianisme ni marxisme toléré ! réveillez vous de votre logiciel juif ! ou allez à la synagogue c'est plus direct que de faire le judéocritique à la noix.

    Le christianisme est une juiverie plus répugnante que le judaïsme dont il est le caca servi aux goyes. Pareil pour l'islam, chiure de jacobites d'arabie pour relancer leur universalisme, car le christianisme les goyes se l'étaient approprié (pas grave le vers était dans le fruit)!

    Ce sont les juifs qui ont financé toute l'épopée "islamique" en europe, ces bougnoules n'auraient pas quitté leurs oueds pourris si y avait pas la finance juive, qui a juste trouvé chez les maures des mercenaires assez puants pour dégueulasser l'europe.

    Regardez votre parousie islamo-chrétienne, en espagne ça a été une sale histoire, et les chrétiens n'ont pas raisonné johannique, tolérant, ou je sais pas quoi, sinon l'espagne serait un sale douar maghrébin.

    Cela dit, je dois reconnaître à Laurent qu'il a cette largesse non négligeable d'autoriser des commentaires qui ne passeraient aucune vanité ailleurs.

    RépondreSupprimer
  8. Beaucoup de scatologie chez les amateurs de cette matiere.

    Au premier je lui ferais volontier manger DAS KAPITAL page par page, salees et poivrees, le second c'est Mjöllnir que je lui claquerais sur le coin du nez...

    Pensees tres peu sprituelles me diriez vous, et vous auriez raison...mais pour ceux qui n'ont pas d'esprit c'est le corps qu'il faut marquer.

    Donc Laurent James, sache que tu es apprecie par ceux qui ont la qualite necessaire pour le faire.

    RépondreSupprimer