vendredi 31 décembre 2010

A l'Est, toute !


Un très bon ami russe vient de m'envoyer une série de photographies de sa ville, Saint Petersbourg, actuellement en prise à un froid spectral, et enfouie sous une neige glacée singulièrement belle. Ces images me touchent d'autant plus que je suis en train de lire Les Possédés, et que j'en suis  au moment où "Varvara Petrovna se tenait immobile, comme plongée dans un sommeil magnétique" (fin du chapitre IV de la première partie).
Voilà sans doute une des meilleures définitions de la Russie actuelle : un pays immobile, comme plongé dans un sommeil magnétique. Le retour à l'Est, qui - je ne cesse de le répéter - sera le signe le plus actif du retournement des valeurs qui marquera les mille prochaines années, passera en tout premier lieu par une renaissance intégrale de la Russie. Il suffit que Moscou se démagnétise, et en avant pour le grand Far East !


Mon ami en profite pour me souhaiter un Joyeux Noël Orthodoxe. Je l'en remercie infiniment, et lui souhaite en retour un Joyeux Noël Traditionaliste. Je n'apprends rien à personne en rappelant que Noël est la fête du Nouveau Soleil (Nouvel Hélios), que tout homme ne peut qu'être heureux de retrouver après avoir vécu la nuit la plus longue de l'année lors du solstice d'hiver. Les ignorants et les haineux ne cessent de nier la validité du christianisme en rappelant que la naissance de Mithra était également fêtée le 25 décembre (sans oublier la fête celte d'Esus, etc.), supposant ainsi que l'Eglise n'a fait que remplacer les anciens cultes par des célébrations ayant lieu aux mêmes dates et aux mêmes endroits, dans le but exclusif de justifier l'Eglise aux yeux du peuple. En réalité, il faut raisonner de manière strictement inverse :  ce n'est pas parce que l'Eglise dit que Notre Seigneur Jésus-Christ est né le 25 décembre qu'elle prouve ainsi son hypocrisie et son opportunisme, mais c'est bien parce que Notre Seigneur Jésus-Christ est né le 25 décembre que l'on peut en conclure que l'Eglise est légitime ! Voilà un raisonnement guénonien dans toute sa rigueur exemplaire.


Ce soir, ce ne sera pas la St Sylvestre que je fêterai, mais le 367è jour de détention de deux crapules françaises en Afghanistan. On commencera à respirer l'air doux d'une nouvelle époque, lorsqu'il n'y aura plus un seul journaliste vivant sur cette planète. Je viens de tomber sur ces phrases de Nabe dans son Journal Intime 2 (Tohu-Bohu), écrite lorsqu'il apprend le 10 mars 1986 l'enlèvement de Carton, Fontaine et Kauffmann au Liban :
"Ce Djihad islamique est décidément plus fort que les situationnistes démodés ! Voici que ces musulmaniaques viennent d'enlever une équipe d'Antenne 2 : des caméramen, des interviewers, des journalistes, bref cette sous-race d'imbéciles qui croient transmettre la vérité au public, alors qu'ils sont payés pour nous faire avaler le mensonge à la petite cuillère".
Douce époque que cette année 1986, où personne n'entravait encore la beauté de ces actions révolutionnaires en prétendant que le Djihad islamique est en fait une création de Rotschild, qu'applaudir à de tels gestes revient automatiquement à faire de vous un idiot utile des américains qui tiennent à imposer le conflit des civilisations, ou même que l'Islam est "un opposant utile qui n'existe pas".
Douce époque que cette année 1986, où l'Amérique n'était pas encore assez puissante pour faire croire à son omnipotence.
Je suis pour le conflit des civilisations, à mort.
Le seul problème est de savoir s'il est pertinent d'accoler le noble terme de "civilisation" à l'Empire démocratico-journalistico-libéral.

Pour en revenir à la Russie, la venue d'Alexandre Douguine à Paris les 9, 10 et 11 janvier prochains est un événement de taille. Le métaphysicien moscovite animera notamment un colloque guénonien (organisé pour le soixantième anniversaire de la mort du Voyant), dont la teneur ne laisse pas d'être autant prometteuse qu'excitante...