mardi 30 juin 2009

Le massif de Marseilleveyre





Cette journée du samedi 27 juin fut logiquement placée sous le signe de l'Eau, élément fondateur de la cosmogonie de Marie-Madeleine (lac de Tibériade, onguent, Saint chrême, Méditerranée, Huveaune, sang du Christ, larmes, eaux pariétales de la Sainte-Baume,...). Nous fûmes une quinzaine de personnes à pénétrer au fond de cette grotte Rolland puissamment humide, jusqu'à la chapelle dite du Diable parsemée d'éléments minéraux protubérants : des stalactites fuselées en tuyaux d'orgue et une stalagmite dressée en chaire à homélies. Là, furent déclamés quelques textes visant à faire résonner la puissance symbolique des lieux : la Fâtiha, le chapitre XLVI de Rideau (Nabe), une sentence du Petit Livre Rouge, deux miracles de Marie-Madeleine au Moyen Age narrés par Jean Gobi l'Ancien, Le Grand Jour des Morts de René Daumal, le chapitre I-2 du roman Parousia, et Génie, le dernier poème d'Arthur Rimbaud, lui qui rêva en mourant de rejoindre la mer pour quitter Marseille... Nous marchâmes ensuite jusqu'à la calanque de Marseilleveyre, où Marie-Madeleine débarqua jadis pour évangéliser la Gaule. Le projet prit ensuite la tournure que l'on connaît, abjectement détourné par la rouerie des Francs...

Les Phocéens arrivèrent en cette calanque en apportant le culte d'Artémis d'Ephèse, qui remplaça la religion druidique des Celto-Ligures. Six cent ans plus tard, c'est ici que Marie-Madeleine rendit caduque la vénération de la déesse chasseresse. Très bientôt, la cohérence métaphysique de l'Histoire veut que c'est en cet endroit que se fera l'arrivée du dernier Mahdi pour introniser la Parousie.

Comme pour chacun de ses rendez-vous, la confrérie PAROUSIA s'assure de la présence d'asiatiques motivées par la mystique active. L'extrême-orientalisation de notre équipée était ici étoffée par la présence de suaves Chinoises bien tempérées.

video

video

video

2 commentaires:

  1. J'adore,

    le texte et les images...

    ça me plaît, putain je me rend compte qu'c'est pas tout l'temps qu'y a quékchose qui m'plaît moué !...

    Salutations à Laurent de Parousie.

    RépondreSupprimer
  2. Super rando,surtout en partant de la "Grotte Rolland" (tout droit en partant de la barrière) sentier vert direction Marseilleveyre,le bout du monde civilisé,vous êtes à quelque encablures de Marseille et pourtant perdu au milieu de nulle part,arrivée sur les Goudes au bout de 4 à 5 kilomètres,sa houle,sa magie et son côté"je me la coule douce",dépaysant absolument,magnifique sans aucun doute"à bon rêveur...".

    RépondreSupprimer