dimanche 26 avril 2009

La Révolution Métaphysique est en marche !

La politique devient enfin sérieuse - c'est-à-dire métaphysique. Tout jeune homme moderne ayant un tant soit peu lu Péguy se doit d'être radicalement concerné par le mouvement lancé par Dieudonné, Alain Soral et Yahya Gouasmi. Un autre Yahya aurait été heureux d'assister à cette inauguration de la désoccidentalisation de l'Europe : je veux parler du Shaykh Abd-al-Wâhid Yahyâ, ce soufi de l'école de la Shâdhiliyya autrement connu sous le nom de René Guénon. Il aurait su y déceler ce qu'il y a d'important : les prémices révolutionnaires de l'Ere du Verseau.
Tous mes voeux d'amour flamboyant accompagnent cette noble chevalerie !

6 commentaires:

  1. En effet camarade,

    dur de ne pas sentir dans cette conférence une solennité, une pureté, quelque chose qui n'a plus rien à voir avec les mascarades gluantes de bassesses plébéiennes durant les parades électorales.

    Dommage que la salle a été si peu pleine.

    Bien à toi.

    RépondreSupprimer
  2. Ce que je trouve dommage c'est qu'un message d'une telle portée doive passer par une farce électorale pour être entendu. Je me pose une question: Vais-je aller voter? d'un coté je veux apporter mon ferme soutien à Dieudo et ses amis, de l'autre ça me fait vraiment chier d'aller voter...Aidez-moi je vous prie, j'ai besoin de conseils.

    RépondreSupprimer
  3. je suis dans ton cas aussi je méprise le vote démocratique,

    mais là, c'est pas pareil, ce vote est mystique,... Une première.

    RépondreSupprimer
  4. La pureté n'a jamais été un concept révolutionnaire : au contraire, être un pur révolutionnaire, cela consiste à accepter de se salir. Descendre jusqu'à l'infinie vulgarité de tenir un bulletin de vote dans les mains, voilà la seule attitude noble à tenir en juin 2009 en France. Dieudonné invente ici le vote métaphysique. Le bulletin pour ce mouvement anti-sioniste ne ressort pas d'une esthétique démocratique, mais - et c'est la première fois - d'une éthique véritablement élitiste, chevaleresque.

    RépondreSupprimer