samedi 21 février 2015

RussiaToday.Ro şi românii uitaţi: Jean Pârvulesco. [Bucarest, 28 février/1 mars]


 
RussiaToday.Ro organizează la Bucureşti colocviul Jean Pârvulesco, dedicat personalităţii şi operei marelui filozof mistic român. Manifestarea va avea loc în zilele de 28 februarie şi 1 martie, în aula Bibliotecii Centrale Universitare.
Vor participa: Constantin Pârvulesco (Italia), Stanislas Pârvulesco (Franţa), Laurent James (Franţa), Arnaud de l’Estoile (Franţa), Alex Wyeth (Elveţia), Claudio Mutti (Italia), Daria Dughina (Rusia) şi Alexandr Dughin (Rusia) – via Skype
Moderatorii colocviului vor fi: dr. Vlad Sauciuc, Dragoş Dumitriu, Dan Muşetoiu
Despre participanţi:
 
Constantin Parvulescu
 
Constantin Parvulesco este fiul lui Jean Parvulesco şi al Contesei Véronique Sénac de Meilhan, născut la Madrid pe data de  10 mai 1960.
A urmat Şcoala de Cadeţi din Sorèze, unde a obţinut o specializare militară ca paraşutist în trupe de comando, apoi a lucrat ca analist militar la statul major al Primului Corp de Armată din Baden-Baden.
A studiat ştiinţele religioase  la Şcoala practică de înalte studii de la Sorbona, Paris şi a obţinut un master în comunicare la Ircom, în Angers (Universitatea Catolică).
Este scriitor, istoric, reporter special, fotograf şi conferenţiar. A susţinut cronicile «  Arta de a trăi  » şi «  Istorie şi Orologii» în mai multe reviste din Franţa, Elveţia şi Luxemburg.
A publicat 52 de cărţi, printre care  : Transsiberianul, Orient Express, Cafenele literare, Sumo, Geisha, Samurai şi Kamikaze, Messerschmitt, Porsche, Gondolele, Zei şi Trabucuri, Beretta  92, Motocicleţe ruseşti, Ceasuri militare, Secretul Apărării, Paraşutiştii, etc…
A condus o delegaţie a ordinului de Malta în România, în timpul revoluţiei din 1989.
Ca reporter special, a traversat Europa şi Rusia de la Paris la Novossibirsk şi a mers pe urmele lui Che de la Buenos Aires prin Anzi până la Machu-Pichu şi Lima via Valparaiso.
A participat la expediţii etno-arheologice în Honduras şi Nicaragua. Constantin Parvulesco este Ambasador al Regatului Araucaniei şi Patagoniei, fiind înnobilat duce de Villarica de către ASR prinţul Araucaniei & Patagoniei.
Este, de asemenea, Comandor de Paris al Ordinului Militar şi Ospitalier Sfântul Lazăr de Ierusalim, Baliv Mare Cruce al Ordinului Nobil Regal Steaua Sudului, decorat cu Marea Cruce de Onoare de San Téotonio, Comandor al ordinului Coroana de Oţel şi  Cavaler al Ordinului Vulturului din Georgia.
 
Stanislas Parvulesco
 
Născut în anul 1995, tânărul Stanislas Parvulesco este fiul lui Constantin Parvulesco şi nepot direct al lui Jean Parvulesco.
Înrudit prin strămoşii mamei sale cu principalele Case Regale ale Europei, inclusiv cu Regele Mihai I al României şi cu Regina Ana, Stanislas Parvulesco a fost desemnat, de către un Consiliu de Regenţă, în data de 22 iunie 2014, ca Rege al Araucaniei şi Patagoniei, o micronaţiune aflată în America de Sud.
A.S.R. Stanislas I conduce mai multe Organizaţii Non-Guvernamentale cu reprezentare internaţională.
 
Laurent James
 
Născut la Saint-Priest (Lyon, Franţa) în 1970, Laurent James este un scriitor, activist şi ezoterist francez.
După ce a locuit în Grenoble, Nisa, Newcastle-upon-Tyne şi Dresda, s-a stabilit în Marsilia, în anul 2000. A scris numeroase articole despre Louis-Ferdinand Céline, Don Quijote sau Arthur Rimbaud. A prezis tragedia din 11 Septembrie în textul său «  Marsilia este America  », în care arată cum stilul de viaţă al americanilor este opus din toate punctele de vedere misticii mediteraneene.
A participat cu texte în lucrări colective, publicate între anii 2002 şi 2004, la edituri precum l’Age d’Homme, Rocher şi Fayard/Mille et une Nuits.
A creat o serie de spectacole bazate pe punerea în scenă a unor texte de mare actualitate, aparţinând lui Jean-Louis Costes, Marc-Edouard Nabe, Roger Gilbert-Lecomte, Lucien Rebatet. Cinci reprezentaţii ale acestora au avut loc la Teatrul Main d’Or din Paris.
A înfiinţat mişcarea Parusia pe 22 iulie 2008, în naosul bisericii Sfântul Maximin (din provincia Var), cu prilejul procesiunii moaştelor Sfintei Maria Magdalena. Parusia se înscrie deopotrivă în rândul mişcărilor artistice, spirituale şi metapolitice. Mişcarea are drept instrumente de comunicare un sit internet şi un blog, şi realizează o serie de evenimente, cu ocazia fiecărei aniversări a creării sale, cum ar fi, de pildă, lectura integrală a textului «  Cea care plânge  » (de Léon Bloy) în altarul catedralei Notre-Dame din Salette, sau a «  Epocii lui Christos  » (de Nabe) pe muntele Sainte-Baume.
Laurent James a susţinut numeroase conferinţe publice sau pe internet, având drept subiecte principale ezoterismul revoluţionar, bazele şi perspectivele Regatului Eurasiei, sau legăturile dintre Apocalipsa după Ioan şi Tarotul de Marsilia. În octombrie 2011 a participat la congresul «  Against Post-Modern World  » organizat la Moscova de metafizicianul tradiţionalist Alexandre Dughin, după care a susţinut două conferinţe alături de acesta şi de  Alain de Benoist la Paris şi Londra. A organizat Întâlnirile Eurasiatice la Bruxelles în septembrie 2013, împreună cu Constantin Parvulesco şi Robert Steuckers, eveniment la care a luat parte în direct, de la Moscova, prin internet, şi Alexandre Dughin.
Un interviu cu Laurent James a fost publicat în 2013 într-o lucrare colectivă, la editura Alexipharmaque.
Pe 22 iunie 2014, Laurent James a participat la ceremonia de încoronare a Alteţei Sale Regale Stanislas I, Rege al Araucaniei şi Patagoniei (la Tourtoirac, Franţa). Cu acest prilej, a fost investit cu funcţia de Consilier cultural al Ministrului Afacerilor Externe şi al Cultelor al Regatului.Începând cu ianuarie 2014, Laurent James a susţinut o serie de conferinţe la Rennes-le-Château, în care propune o interpretare a istoriei Franţei bazată pe gândirea lui Claude Grasset d’Orcet şi a lui Jean Parvulesco.
 
Arnaud de l’Estoile
 
Arnaud de l’Estoile este istoric şi scriitor, membru al Societăţii Oamenilor de Litere din Franţa. Născut în anul 1966, a urmat studii universitare la Sorbona şi la  Conservatorul Naţional de arte şi meserii din Paris. S-a specializat în studiul ezoterismului şi al ştiinţelor oculte.
Din acest motiv, cercetările sale au fost orientate atât către teorie (baze, curente şi mari figuri, istoria secretă, etc.), cât şi spre practică (magie, alchimie, kabbală, etc.).
A publicat la editura Pardès biografiile principalilor ocultişti din a doua jumătate a secolului XIXe siècle  : Stanislas de Guaita, Papus, Péladan şi Éliphas Lévi.
Cea de-a cincea lucrare a sa, Adevăratul secret al regilor Franţei, este o analiză a culiselor esoterice ale operelor lui Maurice Leblanc, autorul personajului  Arsène Lupin.
Este, de asemenea, autorul primei biografii a lui Pierre Plantard de Saint-Clair, fostul Mare Maestru al Prioratului de Sion.
 
Alex Wyeth
 
Născut la Lausanne pe 3 februarie 1971, Alex Wyeth a urmat un masterat în drept la Universitatea din Geneva, după care s-a înscris la facultatea de litere pentru a studia metafizica medievală şi filosofia politică. După efectuarea unui stagiu de doi ani într-un cabinet de avocatură, se dedică picturii, dar în acelaşi timp îşi înfiinţează propria firmă de consultanţă în domeniul proprietăţii intelectuale. Este membru activ al mai multor asociaţii profesionale, conducând o uniune a avocaţilor şi juriştilor de afaceri din Elveţia.
Pasionat din adolescenţă de filosofie şi ezoterism, Alex Wyeth va fi iniţiat mai întâi în diferite şcoli şi tradiţii orientale, îndeosebi în budismul zen şi teravada, advaita vedanta şi tantrismul kaula. După ce şi-a completat parcursul iniţiatic şi a primit calificările necesare pentru a putea forma, la rândul său, noi adepţi, a simţit nevoia de a redescoperi tradiţia spirituală  europeană, implicându-se activ în diferite curente, mai ales în cel cavaleresc, în mistica renană şi carmelitană, iluminismul francez şi magia ceremonială. Deşi în aparenţă foarte eclectică, această abordare urmăreşte a fi, mai întâi de toate, tehnică şi operativă, în continuarea liniei spirituale care a stat la baza lucrărilor Grupului UR, din care a făcut parte în anii 1920 şi Julius Evola. Tot din dorinţa de a aprofunda calea urmată de Julius Evola, atât pe latura ei iniţiatică cât şi pe cea metapolitică, Alex Wyeth a studiat operele lui Jean Parvulesco şi  Alexandr Dughin, urmaşii contemporani ai acestuia.
 
Claudio Mutti
 
Licenţiat în 1970 cu o teză despre influenţa limbii române asupra limbii maghiare, Claudio Mutti a lucrat ca cercetător la Institutul de Filologie Ugrofinică al Universităţii din Bologna (1970-1974) şi apoi a fost titular al unei catedre la Institutul Italian de Cultură din Bucureşti (1979).
A publicat (în Italia, România, Ungaria, Germania, Franţa) numeroase cărţi despre zona carpato-danubiană, atât din punct de vedere istoric («  A oriente di Roma e di Berlino  », Effepi, Genova 2003), cât şi etnografic («  Miti, fiabe e leggende della Transilvania  », Newton Compton 1996; «  Storie e leggende della Transilvania  », Oscar Mondadori, Milano 1997; etc.) şi cultural («  Mircea Eliade şi Garda de Fier  », Puncte Cardinale, Sibiu 1995; «  Penele Arhanghelului  », Anastasia, Bucureşti 1997; «  Mircea Eliade, Legiunea şi noua inchiziţie  », Vremea, Bucureşti 2001; «  Guénon în România  », Vremea, Bucureşti 2003; etc.).
În prezent este profesor de latină şi greacă la un liceu umanist din Parma.
 
Intrarea este liberă între orele 10.00 şi 15.00. Pentru detalii, scrieţi-ne la adresa: colocviu@russiatoday.ro
 
Bucarest, 28 février/1 mars

samedi 7 février 2015

Спаси Христос !


« Ne crains point, ô civilisé aux orteils recroquevillés, ton Sauvage est ton Sauveur, et ton sauvage n’est pas loin, il dort encore au fond de ta conscience »
Roger Gilbert-Lecomte, 1930
 
« Si un grand ami parle mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing, et c’est normal »
Pape François, 15 janvier 2015
 
 
Voici quelques couvertures de Charlie-Hebdo auxquelles, fort malheureusement, personne n’a échappé.





Bien loin que de n’être simplement blasphématrices, ces couvertures sont intensément laides : couleurs criardes, dessins plus que mauvais, ambiance infantile (et pas enfantine !),… et surtout, théologiquement insensées : depuis quand le Saint-Esprit peut-il être représenté par un triangle ?
 
Car c’est bien la profonde nullité de ces dessins d’amateurs qui constitue le fond du problème, et qui leur ôte toute possibilité d’une quelconque pertinence. Il n’y a aucune « liberté d’expression » à accorder à des imbéciles qui n’ont rien à dire, et qui le disent mal.
 
Tout ça pour remarquer que ça fait longtemps que les catholiques auraient dû faire un tour rue Nicolas-Appert pour s’expliquer face à face avec les auteurs de ces salauderies.
 
Il existe tout de même certains hommes d’Eglise qui se soulèvent parfois contre ce genre de producteurs de « dégueulis pour bobos retardés », et personne ne s’étonnera d’apprendre que le Père Zanotti-Sorkine en fait partie.
 
 
http://www.bvoltaire.fr/peremichelmariezanottisorkine/plantu-degueulis-a-lusage-de-bobos-retardes-2,13460

 
De nombreux penseurs ont établi avec plus ou moins de pertinence l’analogie civilisationnelle entre l’Empire Romain et les Etats-Unis d’Amérique. Elle se base foncièrement sur la prédominance de la technique sur l’art, et du divertissement de masse sur la religion. Elie Faure avait parfaitement résumé cet état de fait dans sa splendide « Histoire de l’art ».
 
« L’idéal romain, au long de l’histoire, a l’uniformité et la constance d’une règle administrative. A Rome, le vrai artiste c’est l’ingénieur, comme le vrai poète c’est l’historien et le vrai philosophe le juriste ».
 
Elie Faure donne l’anecdote historique suivante, afin de bien montrer « la méconnaissance du rôle supérieur de l’œuvre d’art » chez les Romains :
 
 « Mummius, après le sac de Corinthe, disait aux entrepreneurs chargés de faire parvenir à Rome le butin : ‘Je vous préviens que si vous cassez ces statues, vous aurez à les refaire’ ».
 

 
On peut dire que le Grec a été aux Romains ce que l’Européen est aux Américains.
 
« Asservi matériellement, un peuple de culture supérieure asservit moralement le peuple qui l’a vaincu. […] Rome veut plaire à la Grèce comme le parvenu à l’aristocrate, la Grèce veut plaire à Rome comme le faible au fort. […] Le Romain, dans ses mœurs, son tempérament, sa religion, toute sa substance morale différait totalement du Grec. Ici une vie simple, libre, investigatrice, toute au désir de réaliser l’harmonie intérieure qu’une imagination charmante poursuit sur tous les chemins. Là une vie disciplinée, égoïste, dure, fermée, cherchant hors d’elle-même son aliment. Le Grec fait la cité à l’image du monde. Le Romain veut faire le monde à l’image de la cité ».
 
Le passage de la Rome pré-chrétienne aux Etats-Unis post-chrétiens s’est accompagné d’une intensification et d’une amplification à tous les niveaux.








Le rapport de soumission de la Grèce envers Rome est bel et bien la matrice du rapport de soumission entre l’Europe et l’Occident (les Etats-Unis). Il ne faut jamais oublier que les peuples européens sont les premiers à avoir souffert de la modernité (nation, finance et dissolution urbaine), imposée par leurs fausses élites. Par un effet logique de transposition géographique, l’espace jadis dominé par Rome est ainsi devenu le lieu de naissance de l’Occident, ce dernier ayant ensuite grandi en prenant appui sur les Etats-Unis et en s’étendant à presque toute la planète. L’Europe pré-moderne faisait la cité à l’image du monde. L’Occident a fait le monde à l’image de la cité (américaine). Et les autres peuples (africains, asiatiques et indigènes américains) se prirent dès lors l’Occident en pleine face. Cette planétarisation de la modernité est précisément ce qui fait de ce combat – de notre combat – le combat des Temps de la Fin : ce que j’ai naguère appelé la guerre entre les aveugles et les invisibles (« Islâm, mon amour », Tsimtsoûm, 2005).

 
http://parousia.fr/Textes/Tsimtsoum/n1/IslamMonAmour.pdf

A la relecture de ce texte, je m’aperçois que je n’ai vraiment pas grand-chose à y changer, même si je pense que la manière de combattre le pouvoir des Aveugles (les "ennemis de la Mystique monothéiste polycristalline") et des acteurs de "la société du spectacle" n'est plus matériellement déterminée, et qu'il est plus important de s'attaquer directement à la Puissance des Ténèbres plutôt qu'à ses séides humains (journalistes et hommes politiques). Par ailleurs, l’entretien avec Soheib Bencheikh me semble assez instructif, surtout aujourd’hui où tout le monde s’improvise spécialiste de l’islam et grand lecteur du Coran.
 
On trouvera peut-être quelque intérêt à en lire certaines phrases à la lueur de l’attentat des frères Kouachi, perpétré il y a tout juste un mois en plein cœur de Mai 68.
 
« Et puis je tiens tout de même à rappeler que si le gauchiste aime l’Islâm (ou fait semblant de l’aimer, puisqu’il est incapable de le comprendre), ce dernier le déteste avec plus d’intensité encore ».
 
Mais il n’y a pas que le gauchisme. En 2005 fermentait un mouvement de fond droitiste tout aussi infect (républicain, nationaliste, égalitariste, déjà archéo-complotiste) que je suis très fier d’avoir alors dépisté :
 
« Ainsi, le libertarisme, le souverainisme, le républicanisme, le centralisme, le nationalisme et autres indécrottables vieilleries matérialistes se voient redorer leur blason défraîchi par de jeunes loups désemparés, qui répètent les mêmes immémoriales erreurs commises par l’Occident politique depuis deux cents ans. Ces idioties droitistes systématiquement anti-métaphysiques fleurissent, malgré leur impéritie maintes fois prouvée ».
 
Une petite synthèse ?
 
« Islâm, mon amour, purifie les écuries d’Augias que sont devenues les cervelles des Occidentaux, je me battrai ensuite contre toi au nom de l’Esprit-Saint, mais d’abord, je t’en supplie, nettoie-moi toute cette merde ».
 
Cela ne rend pas l’assassinat de douze personnes susceptible d’être politiquement justifié. Mais les temps sont venus où la purification de l’Occident par le Vide devient absolument inévitable, de par la convergence historique entre certaines forces religieuses intérieures et extérieures, le débarquement de al-Khidr sur l’Ile Tournoyante. « Notre nouveau dieu va surgir de la putréfaction. D’une foi morte va se lever une foi vivante » prophétisait Dominique de Roux.
 
Il me semble évident que la mission providentielle et historique de l’islam est de nettoyer l’Occident, tout comme celle du christianisme a été de nettoyer l’Empire Romain. Un nettoyage spirituel et métaphysique. C’est bien pour cela que les rêves soralo-houellebecquiens d’une bourgeoisie musulmane s’installant tranquillement dans l’espace social occidental, pour y subir au final la même dissolution qu’a naguère subie le catholicisme, est une ineptie totale en regard - je me répète - de la mission providentielle de l’islam. Et, surtout, ce dernier n’est pas là pour prendre en charge les tares des personnages atrabilaires et buboniques des romans de Houellebecq (dont le dernier est, par ailleurs, un sommet d’anticatholicisme viral)…
 
Tout ceci me remet en mémoire cette phrase autant énigmatique que lumineuse de Marc-Edouard Nabe : « Seul l’islam aujourd’hui applique le christianisme » (in « J’enfonce le clou »).
 
Peu après l’attentat de Charlie-Hebdo, des foules entières de profs de français et d’abonnés à Télérama ont défilé dans les rues à la demande expresse du ministre de l’Intérieur, dans le but de pleurer ensemble en arborant un slogan imaginé par le directeur artistique d’un magazine de mode. Des centaines de milliers de Christians Doumergues se sont mis au garde à vous de la démocratie humaniste laïque et tolérante, ânonnant (ils sont incapables de crier) « Touche pas à mon pote Charlie », en bordure protectrice derrière Benyamin Netanyahou et Naftali Bennett (celui qui déclarait en 2013 : « J’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie. Et il n’y a aucun problème avec ça »).

Paris, capitale mondiale de l’Occident.
 
Je suis très fier que Marseille soit la ville de France où le nombre de marcheurs républicains a été le plus faible (par rapport au nombre d’habitants), et tant mieux si c’est directement lié à la présence de musulmans. L’antique cité massaliote reste la ville française qui compte le moins de bourgeois téléramo-figaresques au mètre carré, et c’est bien ça qui va la sauver.
 
Et que dire de ces monceaux d’humanistes décérébrés qui se battaient à coups de poing dans la gueule devant les kiosques à journaux le 14 janvier à six heures du matin pour avoir leur Charlie ? Imaginez les mêmes, pendant la guerre, en train de faire la queue pour des tickets de viande…
 
Il y a trente ans, l’Etat français intentait régulièrement des procès à Hara-Kiri, dont la lecture était interdite dans les universités et à peine tolérée dans les vestiaires des ouvriers d’usines. Aujourd’hui, l’Etat français traque les gens qui ne sont pas Charlie, dont les dessins antimusulmans sont imposés aux écoliers dans certains collèges.
 
Blasphème obligatoire…


 

On peut se rappeler que Charb (quelles que soient ses intentions) n’a jamais hésité à torcher des crobards, toujours aussi intensément nullissimes, pour ricaner sur des cadavres d’enfants palestiniens déchiquetés par des attentats. Il semble cependant que les enfants français (arabes ou pas, et quelles que soient leurs intentions) n’aient résolument pas le droit, je ne dis pas de ricaner, mais de ne pas se sentir directement concernés par le cadavre de Charb… Heureusement que les miens sont chez les dominicains : le lavage de cerveau prodigué à satiété dans les établissements publics y est nettement moins prononcé.
 
Un enfant athée ça n’existe pas, ça n’existe pas un enfant athée, tous les enfants aiment Dieu et se réjouissent de la présence de Dieu, un enfant athée c’est un enfant violenté et formaté, ceux qui disent qu’il vaut mieux être athée comme un enfant que religieux comme un adulte sont des adultes infantiles, ceux qui pensent qu’un enfant athée ça peut exister et qu’un enfant athée c’est mieux que tout ne sont que des clochards bourgeois, un enfant sait qu’il aime Dieu sans le savoir, un enfant c’est comme un animal, ça aime Dieu sans le savoir et sans rien comprendre à rien du tout, un enfant ça aime naturellement la beauté toute naturelle, un enfant ça n’aime pas qu’on crache sur la croix de Jésus ou le visage de Mahomet ou les pieds du Bouddha, un enfant ça n’aime pas les tags sur les dolmens, et ça ne comprend pas l’adulte athée qui lui dit de se taire une minute en l’honneur de celui qui a mal parlé de sa mère ou de son père ou de la religion de sa mère et de son père, un enfant qui se tait pendant une minute en l’honneur de celui qui a insulté sa mère ou son père, c’est un enfant violenté et formaté, c’est un enfant qui va devenir athée et tout salir, salir le monde et salir les autres futurs enfants.
 
Revenons à Nabe : on notera que, d’un côté, une partie du système se tourne vers les « dissidents » pour les accuser d’attiser le feu (alors qu’ils ne font que vouloir l’éteindre à coups de mensonges complotistes), et que, de l’autre côté, ces mêmes dissidents se défaussent vers Nabe pour l’accuser également d’attiser le feu, espérant ainsi trouillardement ne pas être assimilés à des pousse-au-crime.
 
C’est ainsi que les deux frères ennemis Soral et Laïbi se tournent vers lui en un remarquable élan de solidarité tripale.
 


Pour le premier, c’est : « Mais que fait la police ? Arrêtez-le ! ».
 
Pour le second, c’est : « Mais que font mes lecteurs ? Dénoncez-le ! »
 
On notera la différence de ton dans l’abjection, le dégradé du dégueulis. Je viens juste de regarder « Le Doulos » de Melville : les donneuses étaient quand même un peu plus propres, dans les années 60.
 
Et encore, Pharos ne rémunère pas ceux qui leur transmettent « des signalements de contenus ou de comportements illicites » ! Le cas de La Libre Panse, de son vrai nom Salim Laïbi, est vraiment très cocasse. Imaginez-le, pendant la guerre, prêt à la délation pour un ticket de viande… Et ça se prétend dissident, résistant, … Et ça gueule, ça hurle, ça vocifère, ça bave, ça insulte, ça dénonce, ça sue, ça se démange, ça se gratte, ça aboie, ça braille, ça s’emporte, ça s’encolère, ça monte en sauce, ça déborde, ça retombe, ça ferme un œil, ça hoquète, et ça s’endort… la suite à la prochaine vidéo.
 
En voici une petite, qui tourne en ce moment :
 


…tout fanfaron, tout content : « C’est des kalachnikovs qu’il faut, à la place des guitares ! »
 
En voici une autre, plus longue (il y en a de partout, des vidéos contre l’ami Salim, on ne sait plus où donner de la tête, c’est la fête foraine) :
 
 

Les véritables paroles prononcées par Salim Laïbi, lors de sa conférence à Roubaix du 10 février 2013, ont été les suivantes :
 
« L’islam, ça n’existe pas. Ca existe pas l’islam, faut arrêter le délire. Il y a très peu de pratiquants, tous pratiquent l’usure. Tous mangent à Babylone, tous prennent des subventions » (ce dernier point est vraiment très amusant, venant de sa part… mais je n’insisterai pas, je suis un peu fatigué).
[…]
« Si l'islam existait, ça se verrait tout de suite, tout de suite, mais alors là, tout de suite ! Déjà, je m’étonne de la survie d’un BHL. Il serait pas vivant BHL, il aurait été assassiné. Sérieusement, je le dis clairement. Parce que ce type a tué je sais pas combien de dizaines de milliers de libyens. Parce que c’est un criminel, c’est un assassin, c’est un voyou. Parce que, euh… par exemple, je dis ça mais bon c’est pas la solution hein, mais par exemple, Charlie-Hebdo aurait brûlé avec Val à l’intérieur ! Voilà, c’est des situations d’extrême violence, d’insulte à la religion, et on n’a rien en face, rien, absolument rien ! »
 
Le docteur universitaire Salim Laïbi a donc clairement déclaré en public en février 2013 que l’islam n’existait pas car BHL ne s’est pas fait tuer et qu’aucun attentat meurtrier n’avait frappé les bureaux de Charlie-Hebdo, c’est-à-dire que l’islam n’existe pas car le terrorisme n’existe pas. Ce qui signifie - si je ne me trompe pas – que le véritable islam, c’est le terrorisme (même si « c’est pas la solution », comprenne qui pourra). C’est une opinion qui en vaut d’autres, et il ne me viendrait aucunement à l’idée de la lui reprocher, ni d’inciter les gens à le dénoncer à Pharos. Mais quand on prononce des phrases qui sont enregistrées et diffusées sur internet, il faut les assumer un tantinet, et ne pas se défausser ensuite sur un autre homme en appelant à la délation, la plus lâche des pratiques sublunaires (« A vos claviers ! »)..
 
Je ne sais pas si les frères Kouachi ont entendu ces injonctions de Salim Laïbi l’an dernier, mais maintenant qu’ils ont tenté de lui prouver que « l’islam existait réellement » en cramant les bureaux de Charlie-Hebdo à la kalach’, ils se font traiter de « branquignoles » et de « clowns Thelma et Louise » par le même homme, qui dégaine toute sa machinerie habituelle pour décrédibiliser les deux phrères simplistes de Reims (inside job, false flag, grande manip israélienne, etc. etc..).
 
En résumé : les vrais musulmans devraient se révolter, mais s’ils le font autrement qu’en achetant des livres chez Fiat Lux, ce sont des débiles mentaux manipulés par les sionistes.
 
Mu par sa constante obsession ponérologique, le docteur libre-penseur Salim Laïbi a même réussi à trouver dans un « calendrier sataniste » que le 7 janvier était le jour des sacrifices humains et des démembrements. L’attentat contre Charlie-Hebdo est donc… sâtAniiiiiiiiste.
 
(Entre parenthèses : imaginer Salim Laïbi, assis derrière son bureau de médecin dentiste, plonger la tête dans un calendrier sataniste pour chercher à quoi correspond la date du 7 janvier, m’a provoqué la plus belle crise de fou rire de ces dernières semaines)

 
 
En ce qui me concerne, plutôt que de songer à des célébrations satanistes, je retiens que le 7 janvier est le jour anniversaire de Charles Péguy.
 
Car Péguy connaissait parfaitement, lui, la différence entre les armes de Jésus (le combat pour l’honneur, la mort sacrificielle) et les armes de Satan (la pratique permanente de l’injure et du mépris).
 
Les armes de Satan c’est tout ce qui flétrit,
Rapetisse, avilit, injurie, amoindrit,
C’est tout ce qui méprise et tout ce qui meurtrit ;
[…]
Les armes de Satan c’est l’horreur de la guerre,
Les peuples affolés, Jésus sur le Calvaire,
Le sang, le cri de mort, le meurtre volontaire ;
 
Les armes de Jésus c’est l’honneur de la guerre,
Les peuples rétablis, Jésus sur le Calvaire,
Le sang, le sacrifice et la mort volontaire.
 
Charles Péguy, « La tapisserie de Sainte Geneviève »
 
En ce qui me concerne, plutôt que de songer aux célébrations satanistes, je retiens que le 7 janvier est le dernier jour de l’exposition à Paris des dessins de Nabe naguère publiés dans Hara-Kiri, le Hara-Kiri matriciel et pourtant absolument antagoniste du Charlie-Hebdo contemporain. Bien loin que de n’être simplement humoristiques, ces dessins sont intensément beaux : couleurs subtiles, portraits hilarants, ambiance enfantine (et pas infantile !),… et surtout, théologiquement pertinents (je vous laisse y réfléchir)…

 
 
… et même élégamment malévitchéens !
 



Des dessins formellement anti-Charb, anti-Honoré, anti-Tignous… Nabe a tué Charlie-Hebdo bien avant les frères Kouachi, tout comme il avait tué Houellebecq (dans son « Vingt-Septième Livre ») bien avant Charlie-Hebdo (qui arborait une caricature du « Mage Houellebecq » en couverture du numéro paru précisément le 7 janvier !).

 




Lors du finissage de l’expo, on entendait les cloches de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky résonner à toute volée dans le quartier, puisque le 7 janvier est également le jour de la célébration de Noël chez les orthodoxes. Mais on a jusqu’à la fin janvier pour présenter ses vœux…

Hallelujah ! Alléluia ! Jésus akbar !

Спаси Христос !
 






Le pain de chaque jour et le pain éternel.

Le pain de chaque jour et le pain du grand Jour.

Que toutes les paroisses soient dans la chrétienté

Comme une couronne, comme une gerbe d’épis.

 

Mais mon Dieu, donnez-nous d’abord le chef de guerre.

Ô mon Dieu, donnez-nous le chef de guerre.

 

Charles Péguy, « Le Mystère de la Charité de Jeanne d’Arc »


 

 

dimanche 18 janvier 2015

Jean Parvulesco "Dieu est amour, et l'amour soutient l'empire de la charité"

C'est ainsi que nous célébrâmes hier Sainte Roseline, à notre façon.
La cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence a été construite à l'emplacement d'une chapelle bâtie par Saint Maximin et Sainte Marie-Madeleine, elle-même bâtie sur un ancien temple d'Apollon.

 
 
 

mercredi 14 janvier 2015

Rennes-le-Château : la trahison de Christian Doumergue




 
L’organisateur des Mystérieuses Connexions de Rennes-le-Château, dont le troisième volet est prévu ce dimanche 18 janvier, vient de déprogrammer la venue du « très haut représentant du monde de l’ésotérisme planétaire ».

Cet ésotériste de premier plan était Alexandre Douguine. Lorsque j’avais demandé à ce dernier, le 12 septembre 2014, s’il était d’accord pour venir à Rennes-le-Château, il avait immédiatement accepté, le jour même, et sans aucune condition. A. Douguine connait parfaitement l’importance métahistorique de la région du Razès. Il désirait établir avec nous une connexion forte entre le Royaume d’Araucanie et la Sainte-Russie sur la place stratégique et surnaturelle de Rennes-le-Château. Sa conférence devait porter sur les racines ésotéristes de l’eurasisme.

Mais c’était compter sans la faiblesse, et surtout la lâcheté de l’organisateur Christian Doumergue, qui a commis la suprême impolitesse d’annuler la présence de Douguine sans donner aucun argument, et sans que ce dernier n’ait rien fait pour mériter un tel traitement.

Aucun conférencier de troisième zone ne mérite d’être déprogrammé cinq jours avant son intervention, sans même que l’organisateur ne lui adresse la parole. La manière de procéder de Doumergue est infecte.

Lui qui connaissait les travaux de Douguine depuis quelques années, a éprouvé soudain le besoin d’être sûr qu’il n’était pas antisémite ! Dans l’espoir vain que Doumergue ne revienne sur sa décision, je me suis donc abaissé à constituer un véritable dossier de réhabilitation, comme un petit pigiste du Nouvel Obs ou de l’Express, lui montrant par exemple une photo que j'avais prise le dimanche neuf janvier 2011, lors d'un colloque de Douguine au centre kabbaliste Tikoun Olam (rue du Parc Royal à Paris). Il s’agissait alors de commémorer les soixante ans (à deux jours près) de la mort de René Guénon.

Mais ça n’a pas suffi pour notre homme. « J'ai pris une décision. Je déprogramme tout. », me confirme-t-il le 11 janvier à 22h12.

Christian Doumergue est un prof de collège, un point c’est tout. Il aime évoquer l’ordre Alpha Galates dirigé par Pierre Plantard en 1942, il aime disserter sur l’idéal grand-européen du Prieuré de Sion, mais quand il s’agit de donner un coup de pouce à l’eurasisme surnaturel et enchanté, c’est-à-dire de participer à la grande Histoire que commenteront d’autres profs de français dans cinquante ans, il flanche, bredouille et s’écrase.

Dans cinquante ans, les profs de français diront de lui que c’est le Jean-Luc Chaumeil de Thomas Plantard.

En trahissant Alexandre Douguine, Christian Doumergue a trahi la famille Parvulesco : le grand-père Jean, le père Contantin (qui a immédiatement décidé d'annuler sa venue, bien sûr), et le fils Stanislas. Toute légitimité lui est désormais retirée d’évoquer Jean Parvulesco dans une de ses prochaines Mystérieuses Connexions !


« La vedette internationale »
 


Communiqué de Stanislas Parvulesco, 13 janvier 15


Qui vous donne le droit de vous approprier Jean Parvulesco ?
Ces derniers mois ont été agités chez ceux qui se revendiquent de la pensée de Jean Parvulesco, une agitation telle qu’elle conduisit inévitablement à la confrontation entre parvulesquiens et parvulescolâtres. Les branches se sont donc faites plus nombreuses dans cette famille politique, philosophique et mystique déjà minoritaire en nombre.
Certains se sont donc octroyé le droit de se revendiquer de l’héritage de Jean Parvulesco sans en être. Ceux-là, Jean, mon cher grand-père, leur aurait dit « qu’ils retournent dans le con de leur mère » et c’est au nom de l’héritage que j’ai fièrement le droit de porter par le sang, que je conseille à la clique braillarde des pseudo-mystiques de retourner dans le con de leur mère.
Jean connaissait parfaitement les « mystérieuses connexions » entre le Grand Monarque et ce qu’il appelait « la nébuleuse mystériosophique de Rennes-le-Château ». Pour lui, comme pour tous les plus grands ésotéristes connus et inconnus, le Grand Monarque, qu’il désignait également par les termes de « Nouveau Sauveur », de « Chakravrtin des Temps de la Fin » ou encore de « Roi du Monde », bien sûr, le Grand Monarque « annoncé par le prophétisme occidental » à partir de la prophétie de saint Remi lors du baptême de Clovis constituait une figure absolument fondamentale.
Et puis, Rennes-le-Château constituait pour lui, comme pour Jean Robin (1) à qui il avait dédié sa « Spirale Prophétique », la terre d’élection d’une lignée mérovingienne souterraine et apocalyptique. Il l’a écrit et pensé, et il n’y a pas à revenir là-dessus.
Tout ceci est donc clair. Les obscurs penseurs trainant dans les noirs souterrains de leurs cerveaux tordus des interprétations parvulesquiennes, s’appuyant sur une phrase plutôt que de lire un livre, et prenant l’œuvre de mon aïeul pour une vision au second degré de la politique, ne sont que des petits penseurs complotistes de supérette.
Par ailleurs, les personnes qui ont annulé au dernier instant la présence de Douguine, et consécutivement de mon père, à Rennes-le-Château sont des traîtres absolus à notre cause.


Stanislas Parvulesco
(1)    « Ce mythe du Grand Monarque régnant sur une France « élargie » aux dimensions de l’ancien Empire romain, et dont on retrouve la trace jusque dans l’antique liturgie gallicane, fut accrédité, de siècle en siècle, par un nombre respectable de saints. Or ce courant prophétique s’est « condensé » en deux hauts lieux géographiques  : Stenay, dans les Ardennes, et Rennes-le-Château, au sud de Carcassonne. » Jean Robin
 

 
 

 

vendredi 2 janvier 2015

Le Graal lunaire de Rennes-le-Château

La troisième session des "Mystérieuses Connexions" aura lieu le 18 janvier prochain à Rennes-le-Château.
L'affiche ci-dessous donne le nom des conférenciers.
Chacun d'entre eux revêt une importance particulière en regard de l'événement extraordinaire que constituera cette journée, qui verra la venue d'un Supérieur Inconnu de stature internationale...



mercredi 31 décembre 2014

Longue vie au Royaume d’Araucanie et de Patagonie !


 
Le samedi 13 décembre 2014, une Messe de Requiem fut donnée en la paroisse Saint Eugène – Sainte Cécile de Paris (neuvième arrondissement), pour le repos de l’âme des Rois d’Araucanie et de Patagonie.

Cette messe chantée de requiem fut donnée en présence de Stanislas Ier Roi d’Araucanie et Patagonie, Prince des Aucas, Prince des Malouines & de Chiloé, Prince d’Angol & d’Arauco, Duc de Kialéon, Comte d’Alsena, & Vicomte de Quidico. Son Altesse Royale était assistée par des membres chevaliers de l’Ordre Noble et Royal de l’Etoile du Sud.

Placé au bas de l’autel, un catafalque vide nanti des insignes de l’Ordre symbolisait la pérennité de ce Royaume, dont la mission spirituelle et révolutionnaire ne va pas tarder à se concrétiser aux yeux de tous. Non, cela ne va vraiment pas tarder.

L’Eglise catholique vivante et agissante est notre maîtresse souveraine, à nous, humbles bâtisseurs d’une certaine voie surnaturelle et enchantée, à la fois souterraine et aérienne.

Une voie empruntée par un nombre de plus en plus important de prêtres, à l’instar de M. l’abbé Iborra dont le sermon (source : Le Rouge & le Noir) fut absolument lumineux.


SERMON DE M. l’ABBÉ ÉRIC IBORRA

Vicaire de la paroisse Saint-Eugène-Sainte-Cécile à Paris (IXe),

Un observateur extérieur, venu non peut-être de Sirius mais tout simplement d’un cabinet ministériel et d’une instance européenne, ne pourrait que sourire à notre cérémonie de ce matin devant un catafalque, c’est-à-dire devant un cercueil vide, symbole de l’irréalité de ce qui vous rassemble. Nous voici en effet réunis pour commémorer des princes qui n’ont jamais régné, un royaume qui ne fut jamais reconnu en droit international public – le seul qui compte aux yeux des doctes – et dont le fondateur fut interné comme fou par l’État que ses ambitions dérangeaient. C’est dire qu’il ne fut guère pris au sérieux aussi bien dans son royaume éphémère que dans sa propre patrie où il ne suscita que l’ironie. Espéré comme sauveur par des tribus indiennes qui défendaient leur autonomie face à des États voraces issus de vice-royautés espagnoles, il ne tarda pas à les décevoir, se comportant plus en juriste qu’en chef de guerre.

Le plus étonnant peut-être n’est pas tant la geste de cet aventurier que la lignée improbable, pas même héréditaire, dont il est la souche. Car depuis ces lointains parages du siècle pénultième des princes se sont succédé à la tête ce royaume absorbé par l’oubli, de cet État qui a quitté la scène de l’histoire pour entrer dans celle du mythe, faute de Pikkendorff pour tirer l’épée à son service, devenant ainsi l’un de ces mondes parallèles chers à tant de romanciers mythopoiètes. Oui, ce qui nous interroge n’est peut-être pas tant l’histoire d’Antoine de Tounens, pour le repos de l’âme de qui nous prions tout de même ce matin, que la survivance de ce qu’il avait espéré fonder.

En effet, des aventuriers qui réussissent et d’autres qui échouent, il y en a toujours eu dans notre histoire et bien des lignées respectées, finalement, sont issues d’un ancêtre chanceux. Notamment à l’époque où dans son esprit l’Europe était jeune, c’est-à-dire sûre d’elle et entreprenante. Pensons à Hernan Cortez qui défia un empire et conquit pour l’Espagne le Mexique à la tête d’une poignée d’hidalgos, de lansquenets et de moines. Pensons à ce sous-lieutenant d’artillerie qui, trois siècles plus tard, conquit pour lui-même un trône, la France et la moitié du continent. La voie était ouverte et il me souvient que quelques officiers de la défunte Grande Armée tentèrent de se tailler un royaume là où Alexandre avait posé les limites de son empire.

Mais ce qui m’interroge, c’est qu’il y eut des hommes – et même des femmes – ceux pour qui nous prions ce matin – qui acceptèrent de relever ce défi perdu d’avance et de s’attacher au destin d’un peuple qui aujourd’hui est soumis à deux puissances dont on voit mal qu’elle puisse desserrer leur étau. Autrement dit, des hommes et des femmes qui, par-delà leurs motivations réelles, peut-être très prosaïques, nous apparaissent comme les héritiers du héros de Cervantès, de cette figure tragi-comique qui se rattache aux héros de l’Edda ou de l’Iliade. En ce sens qu’ils persévèrent dans l’accomplissement de leur tâche alors même qu’ils la savent impossible. Ils sont l’image de l’homme debout face à la nécessité décrétée par les dieux. Ils savent qu’ils ont pour horizon l’incendie de Troie ou l’embrasement du Ragnarök. Et pourtant ils ne renoncent pas. En étant plus attachés à leur idéal qu’au prosaïque du réel ils témoignent à leur insu, par leur résignation, de la grandeur de l’être humain, plus grand que ce qui l’abat.

En misant leur existence pour des mondes sortis de l’histoire, ils nous invitent à ouvrir les yeux sur des mondes devenus parallèles, gagnant en idéal ce qu’ils perdaient en réalité. Des mondes où l’homme peut devenir ce qu’il aurait dû être, des mondes qui par là-même jugent en la surplombant notre terne histoire. Il y a certainement plus de poésie et de grandeur d’âme à s’engager aujourd’hui pour d’obscurs peuples indiens sous la fiction d’un royaume imaginaire à la Milton que de faire des affaires au pays de Friedman et de ses Chicago Boys.

Ces mondes parallèles, sortis de l’histoire, à la réalité efflanquée, à l’idéal démesuré, ne font pas que surplomber l’histoire, ils la jugent aussi. Leur présence est une dénonciation de l’homme quand, matérialiste, il se fait l’idolâtre de ce dont il devrait être le maître, quand il révère ce qui devrait le servir, bref, quand il se fait plus petit qu’il ne devrait être. Ces mondes parallèles ne font pas que juger, ils inspirent aussi. Loin d’être des évasions hors du réel, ils y ramènent, à une plus haute altitude cependant. Ils sont, comme l’avaient compris Tolkien et Lewis, autres mythopoiètes, des idées régulatrices qui rappellent qu’ici-bas rien de ce qui est réel n’est dénué, au-delà de sa visibilité matérielle, d’une âme spirituelle. L’univers de la chevalerie, aujourd’hui disparu, et auquel se rattachent tant de grandes aventures, de la quête du Graal à la délivrance de Jérusalem, nous invite à voir dans les choses de ce monde toujours de plus haut. Aujourd’hui détachés de leur contingence matérielle, idéalisés, ils sont à même d’inspirer celui qui agit dans l’épaisseur de ce réel qui nous apparaît si souvent banal, prosaïque, et en un mot d’en bas.

Par-delà ces jalons visibles de l’invisible pour qui nous prions ce matin, en demandant au Seigneur de leur pardonner toutes ces lourdeurs que nous partageons avec eux, puissions-nous apprécier à sa juste mesure ce qu’ils nous lèguent : ce supplément d’âme qui doit inspirer l’action humaine et au suprême degré cet art si délicat qu’est la politique ; cette fantaisie si bienvenue en ces temps toujours plus menacés par le règne de la machine, artefact qui rampe à l’assaut de nos sociétés et de nos âmes ; le rappel de cette légèreté qui nous renvoie à notre humble condition de créature. Tout n’est-il pas jeu pour la Sagesse divine, à l’œuvre depuis les origines, depuis que Dieu en son Fils a pris sur lui le sérieux de la Croix pour faire éternellement de nous ses enfants ?


Très bonne année 2015 !

mardi 30 décembre 2014

Le docteur libre-penseur Salim Laïbi offense l’Eglise, l’Islam et le Califat


Il s’écrit tout et n’importe quoi au sujet du Califat Islamique.

Mis à part le catholique Marc-Edouard Nabe (« Un Etat de grâce ») et le musulman Mâamar Metmati (« Ce qui compte, ce n’est pas le calife, c’est le califat » ; « Il ne peut pas y avoir d’islam sans califat, c’est la première des conditions » ; « L’islam sans autorité n’existe pas »), il est très difficile de dénicher des commentaires intéressants.
Les sionistes veulent prouver que Daech est une branche du Hamas. Les nationalistes les accusent de briser les nations du monde arabe. Les complotistes proclament qu’ils sont manipulés par les Etats-Unis. Il existe même certains marxistes qui, incapables d’imaginer qu’une révolution puisse avoir lieu dans le monde sans recourir à leurs concepts occidentaux, écrivent que le caractère internationaliste de Daech (évidemment consubstantiel à la Oumma) ne serait rien d’autre qu’une réappropriation de l’option trotskyste en termes islamiques !
Mais les avis les plus délirants, sur ce point comme sur d’autres, se trouvent évidemment sur le site internet du docteur libre-penseur Salim Laïbi.
Voici une petite mise au point, sur ce sujet ainsi que sur Guénon et l’Eglise catholique (première vidéo) et sur l’Islam (seconde vidéo).
 


 
 

 
Addendum - 4 janvier 15
Le Père Zanotti-Sorkine cite "le grand écrivain Léon Bloy" lors de sa prédication du 1 juin 14 sur la Puissance de l'Eucharistie. Or, le docteur libre-penseur Salim Laïbi a écrit que "Léon Bloy est catholiquement un sataniste". Donc, l'un des deux se trompe. 
 

 
 

jeudi 25 décembre 2014

Dernières nouvelles de Nabe

Certains n’ont de cesse de se demander ce que fait Marc-Edouard Nabe. Ils attendent impatiemment son prochain ouvrage, et déclarent ouvertement que c’est bien trop long pour eux.
D’autres déclarent avec une insolence ahurissante que personne ne lira cet ouvrage. Parmi eux, il existe un certain chirurgien-dentiste dont l’activité semble être très fructueuse, puisqu’il a déjà dit à de nombreuses reprises qu’il serait très fier d’exhiber sa feuille d’impôt à qui le taxerait de dissident opportuniste. Cet homme se croit ainsi être autorisé à se foutre de la gueule de ceux qui sont dans la dèche, et à se moquer ouvertement du principe d’autonomie financière de Nabe consistant, en toute cohérence, à financer la création de ses propres œuvres d’art par la vente de ses propres œuvres d’art. Nous nous réservons quelques jours pour traiter ce cas particulier.
La force et la rage n’auront jamais aucune prise sur Nabe, qui leur opposera constamment la patience (un magazine en état de grâce) et la longueur de temps (une exposition de dessins quarante ans après leur exécution).
Nabe, donc, fait ce qu’il a toujours fait : il travaille, pendant que les autres ne foutent rien.
 
 
 
Le vernissage de l’expo Hara Kiri
 

 
Quoi de commun entre cette exposition de dessins Hara Kiri et le magazine Patience ?
 
L’amour de Dionysos.

« Ô lumière de ce désert syro-irakien […] ; ô ciel bleu layette délavé ; ô rocaille beigeâtre, couleurs subtiles sur lesquelles se détache le noir de la tenue du grand méchant loup cagoulé, armé de son grand couteau, et l’orange vif de la robe de son petit chaperon ! Ô splendeur ! Du Fritz Lang époque Tigre du Bengale et Tombeau hindou… Et quel érotisme aussi… Salomé dépassée ! C’est une scène encore inédite dans la pornographie visuelle de notre temps, rien à voir avec les films gonzo ou snuff movies. Il s’agit plutôt d’un rituel d’ordre japonais, érotiquement parlant » (Patience, p. 33).
 
http://www.marcedouardnabe.com/patience/

Le hara kiri : son éthique, son esthétique, son sadisme grand-guignol.
 
 
 
« Les deux, victime et bourreau, ont des attitudes de samouraïs » (Patience, p. 34).
 


"En cette année de commémoration du bicentenaire de la mort du Marquis pris en otage et décapité tous les jours par la bande à Cardin qui multiplie les fêtes culcul dans son château réquisitionné de Lacoste, seul Daech a su rendre hommage à Donatien Alphonse ! Paradoxe ! Les plus pudibonds prudes rigoristes au monde aujourd’hui se montrent les plus observants pratiquants du sadisme quotidien… Un sadisme pas gratuit, pas fantasmé, mais politique, mystique. Mystique de quoi ? De la réalité !" (Patience, p. 62)
 


Il y a deux endroits où il faut se rendre à Paris en ce moment : la Galerie de la rue Pierre-le-Grand (8è) pour l’exposition de Nabe, et l’Institut des Lettres et Manuscrits (21 rue de l’Université, 7è) pour contempler le rouleau manuscrit original des 120 Journées de Sodome.
 



 

 
Joyeux Noël à tous les véritables sadiens !