jeudi 23 août 2018

La Kulture de Venise en abrégé




Souvenons-nous de cette évocation d’Ezra Pound à Venise par Dominique de Roux dans Immédiatement :

Grand, le silence. C’est Ezra Pound, mains croisées, mains violemment pressées, ses doigts bagués d’ombre et de violettes fanées. Après une grande douleur vient toujours un sentiment solennel. Au deuxième étage de la petite maison fraîche de San Gregorio 6, j’étais pierre devant le quartz, la pierre qui s’effrite à force de supporter le regard et le silence de Pound. Saluer Ezra Pound, c’est aussi s’incliner devant la très admirable essence de la poésie universelle… « Si légère est l’urgence, si calmes les sombres pétales de fer nous qui avons franchi le Léthé » (Canto LXXIV).
Le soir, il nous emmène avec Jean-Edern Hallier à la Fenice écouter la Jérusalem délivrée que dirige le maestro Gavazzeni. Pound pendant tout le spectacle, tandis que s’envolaient des milliers de roses vers les chanteuses, n’a pas cessé de regarder ailleurs. Pound lui-même, seul monde qui vit et revit poétiquement dans son œuvre ouverte, n’en finissait plus de regarder ailleurs et de se taire tandis que Verdi en toute majesté emplissait le théâtre. Serait-ce de la musique ? semblait dire Pound. On en était tout étourdis, et rentrant à la pension, nous suivions les canaux avec négligence. Des gondoles nuptiales remontaient les flots, escortées de barques pleines de chanteuses.
            Vagolando, ove dorma il sacro capo / Tra le sue mura la citta, lasciva…
            Pound avait rendu ses pas plus silencieux encore, se frayant un passage dans le clair de lune à coups de canne, lui-même d’une raideur de bronze dans son antique veste de velours noir.
            Or, il semblait que nous dormions déjà.



Lay in soft grass by the cliff’s edge
with the sea 30 metres below this
            and at hand’s span, at cubit’s reach moving,
the crystalline, as inverse of water,
            clear over rock-bed

            ac ferae familiares
the gemmed field a destra with fawn, with panther,
            corn flower, thistle and sword-flower
            to a half metre grass growth,
lay on the cliff’s edge
                        …nor is this yet atasal
            nor are here souls, nec personae
neither here in hypostasis, this land if of Dione
and under her planet
            to Helia the long meadow with poplars
to Kupris
            the mountain and shut garden of pear trees in flower
here rested.

“both eyes, (the loss of) and to find someone
            who talked his own dialect. We
            talked of every boy and girl in the valley
            but when he came back from leave
he was sad because he had been able to feel
            all the ribs of his cow…”

this wind of Carrara
is soft as un terzo cielo
                                   said the Prefetto
as the cat walked the porch rail at Gardone
            the lake flowing away from that side
was still as is never in Sirmio
            with Fujiyama above it : “La donna…”
                                   said the Prefect, in the silence
            and the spring of their squeak-doll is broken
and Bracken is out and the B.B.C. can lie
            but at least a different bilge will come out of it
            at least for a little, as is its nature
can continue, that is, to lie.

                                    As a lone ant from a broken ant-hill
from the wreckage of Europe, ego scriptor.
            The rain has fallen, the wind coming down
            out of the mountain.
            Lucca, Forti dei Marmi, Berchthold after the other one…
parts reassembled.
            … and within the crystal, went up swift as Thetis
in colour rose-blue before sunset
and carmine and amber,


spiriti questi ? personae ?
                        tangibility by no means atasal
                        but the crystal can be weighed in the hand
formal and passing within the sphere : Thethis,
Maya, Afrodith,
                        no overstroke
            no dolphin faster in moving
                        nor the flying azure of the wing‘d fish under Zoagli
            when he comes out into the air, living arrow,
and the clouds over the Pisan meadows
                        are indubitably as fine as any to be seen
from the peninsula
                        oi barbaroi have not destroyed them
                        as they have Sigismundo’s Temple
            Divae Ixottae (and as to her effigy that was in Pisa ?)
            Ladder at swing jump as for a descent from the cross
O white-chested martin, God damn it,
                        as no one else will carry a message,
            say to La Cara: amo.

            Her bed-posts are of sapphire
                        for this stone giveth sleep.

            and in spite of hoi barbaroi
            pervenche and a sort of dwarf morning-glory
that knots in the grass, and a sort of buttercup
et sequelae
Le Paradis n’est pas artificiel
            States of mind are inexplicable to us.
            dakruwn                   dakruwn                   dakruwn
Laval               Pétain             gli onesti

                                               J’ai eu pitié des autres
probablement pas assez, and at moments that suited my own convenience
            Le paradis n’est pas artificiel,
                        l’enfer non plus.





Ezra Pound avait dit : Il est difficile d’écrire un paradis quand tout semble vous pousser à écrire une apocalypse.

Or, l’Apocalypse, c’est le Cinquecento. Le troisième tiers de l’ère du Poisson.

Hervé Brunon :
Des signes montrent que Venise court à sa perte : pour Luigi Da Porto, ce sont l’incendie de l’arsenal en mai 1509, l’apparition de comètes et de tremblements de terre, les pluies continuelles.

L’Arcadie perturbée. Tempête à l’Académie.
Un ami me fait remarquer la présence d'une comète, à droite du héron, qui file toutes voiles dehors en direction du très-funeste éclair. Quelqu'un en a-t-il déjà parlé ?



Giorgione pressent ce que Pound consacrera : la mort de l’Europe.

Ainsi, ce 4 juillet 2018, nous nous rendîmes sur la tombe de Pound et je déclamai le début et la fin du Canto LXXIV pour célébrer le dixième anniversaire de notre confrérie Parousia.
Du parvis de la basilique Saint-Maximin au cimetière de San Michele, en passant par la Salette, la chapelle du Diable de la Grotte-Rolland ou le massif de la Sainte-Baume : nos anniversaires sont toujours luxueux.
Premier des Cantos Pisans, le Canto LXXIV commence avec la pendaison de Mussolini et Clara Petacci, le dépassement des colonnes d’Hercule et l’établissement de Lucifer en Caroline du Nord, puis débouche, quelques centaines de vers plus loin, sur les masques du Tyrol chasseurs de démons et les rives aussi sombres que silencieuses du Léthé.



The enormous tragedy of the dream in the peasant’s bent shoulders
Manes ! Manes was tanned and stuffed,
Thus Ben and la Clara a Milano
                        by the heels at Milano
That maggots shd/eat the dead bullock
DIGONOS, Digonoz, but the twice crucified
                        where in history will you find it ?
yet say this to the Possum: a bang, not a whimper,
            with a bang not with a whimper,
To build the city of Dioce whose terraces are the colour of stars.
The suave eyes, quiet, not scornful,
                        rain also is of the process.
What you depart from is not the way
and olive tree blown white in the wind
washed in the Kiang and Han
what whiteness will you add to this whiteness, what candor ?
“the great periplum brings in the stars to our shore.”
You who have passed the pillars and outward from Herakles
when Lucifer fell in N. Carolina.
if the suave air give way to scirocco
OUTIS, OUTIS ? Odysseus
                                               the name of my family.
the wind also if of the process,
                                               sorella la luna
Fear god and the stupidity of the populace
[…]
“Ecco il tè” said the head waiter
in 1912 explaining its mysteries to the piccolo
with a teapot from another hotel
but coffee came to Assisi much later
                                   that is, so one cd/drink it
when it was lost in Orleans and France semi-ruin’d
thus the coffee-house facts of Vienna
                        whereas Mr Carver merits mention for the cultivation of peanuts,
arachidi, and the soja has yet to save Europe
                        and the wops do not use maple syrup
the useful operations of commerce
                        stone after stone of beauty cast down
and authenticities disputed by parasites
                        (made in Ragusa) and: what art do you handle ?
“The best” And the moderns ? “Oh, nothing modern
we couldn’t sell anything modern.”
But Herr Bacher’s father made madonnas still in the tradition
            carved wood as you might have found in any cathedral
                        and another Bacher still cut intaglios
                                   such as Salustio’s in the time of Ixotta,
where the masks come from, in the Tirol,
                        in the winter season
                        searching every house to drive out the demons.
Serenely in the crystal jet
                        as the bright ball that the fountain tosses
(Verlaine) as diamond clearness
                        How soft the wind under Taishan
                                   where the sea is remembered
                        out of hell, the pit
                        out of the dust and glare evil
                        Zephyrus / Apeliota
This liquid is certainly a
                        property of the mind
nec accidens est                                but an element
                                                           in the mind’s make-up
est agens and functions                     dust to a fountain pan otherwise
                        Hast’ou seen the rose in the steel dust (or swansdown ever ?)
So light is the urging, so ordered the dark petals of iron
we who have passed over Lethe.






Pound consacre ce que Giorgione a pressenti : la mort de l’Europe.

La Vecchia est une autre Tempête, tout autant eschatologique.
Son cartellino annonce un renversement du temps unique dans l’histoire de l’humanité.
Jusqu’en 1506, le temps construisait tout. Le Cinquecento, c’est l’avènement d’une nouvelle époque où le temps, désormais, s’emploierait à tout détruire.


 


Ezra Pound est probablement l’être humain le plus anti-américain du vingtième siècle.

« Mussolini a déclaré à son peuple que la poésie est une nécessité pour l’Etat, et Carlo Delcroix est convaincu que les poètes devraient s’occuper de ces questions, i.e. le crédit, la nature de l’argent, le problème monétaire etc.
Ces deux faits indiquent que la civilisation est plus avancée à Rome qu’à Londres ou Washington. Sous cet angle, Londres n’est qu’une latrine dans les égouts du monde.
[…]
Le libéralisme est une plaie purulente et la vilenie de ses derniers défenseurs défie toute description.
[…]
Ce qui compte, en dernier ressort, c’est le degré de civilisation. Aucun homme digne de ce nom ne torturera jamais le moindre prisonnier. Aucun honnête homme ne pourrait supporter les atrocités publicitaires qui défigurent le paysage, de Rapallo à Gênes. Aucun homme libre et sain d’esprit ne peut tolérer le système d’imposition ou le racket bancaire ».





Et si l’Europe est morte, alors il faut se tourner vers l’Orient.
La Roumanie. La Moldavie. 
Puis, le Grand Nord.

« Brancusi m’a semblé être un saint, il est le premier sur ma liste de valeurs. »






Si le gel s’empare de ta tente
Tu crieras : « pitié » à la fin de la nuit.

[vers ultimes du dernier Canto pisan]


--> -->

mardi 19 juin 2018

Le Feu secret des céramiques opératives



« Il faut prendre la matière avec toute diligence, la broyer physiquement et la mettre dans le feu, c’est-à-dire dans le fourneau ; mais il faut aussi connaître le degré et la proportion du feu. A savoir, il faut que le feu externe excite tant seulement la matière ; et, en peu de temps ce feu, sans y mettre les mains en aucune manière, accomplira assurément tout l’œuvre. Parce qu’il putréfie, corrompt, engendre et parfaira tout l’ouvrage, faisant paraître les trois principales couleurs : la noire, la blanche, la rouge. Et moyennant notre feu la médecine se multipliera si elle est conjointe à la matière crue, non seulement en quantité mais aussi en vertu ».
Jean Pontanus





A la fin du mois d’avril, Olivier Zol consacrait l’exposition APPARATUS à quelques-unes de ses plus belles céramiques opératives en un local tout à fait tectonique de la rue de Crimée, un local puissamment hanté par le feu souterrain de cette sombre colline marseillaise de Saint-Lazare où les minéraux plus noirs que le noir le plus noir s’accumulent les uns par-dessus les autres depuis deux millénaires comme des chapelets abrupts de larmes pétrolifères.

Mais ceci est une longue histoire.

Si Aristote niait aussi frontalement la possibilité du vide dans la nature, c’était pour diverses raisons plus ou moins valables : le vide étant forcément isotrope, cela impliquerait que le mouvement d’un corps ne pourrait pas avoir de direction préférentielle, et donc que le mouvement serait tout bonnement impossible ; le vide introduirait une discontinuité – donc une imperfection – entre les grains élémentaires de matière ; et puis, surtout, le refus du vide est directement lié à la peur de l’infini. Combien y a-t-il de fois zéro dans un nombre donné ? Une infinité. Un concept encore moins compréhensible que le vide pour le Grec raisonnable.

Horror vacui.

En face, ce n’était pas mieux. Démocrite ne défendait l’existence du vide que pour justifier la possibilité du mouvement, et le vide en tant qu’absence totale de matière entre les atomes lui était une notion tout à fait agréable. Ce qui permettrait deux mille trois cents ans plus tard à un incompétent comme Michel Onfray d’écrire dans Eléments (ah oui, c’est super comme revue !) que « la physique atomiste est radicalement incompatible avec la fiction chrétienne ».
En réalité, le fait que le monde soit effectivement « un assemblage d’atomes dans le vide » implique directement l’absence de tout déterminisme mécanique, puisqu’en vérité, le vide entre les atomes est tout sauf une discontinuité. C’est un champ de fluctuations quantiques, un flux de particules virtuelles possédant des cycles de vie infinitésimalement courts. Le vide est, en quelque sorte, le prologue de ce grand livre qu’est l’Univers.
Sur ce point comme sur bien d’autres, c’est Empédocle qui avait raison avec sa quintessence, ce milieu primordial où les effets de gravitation s’appellent Amour ou Haine suivant que les corps s’attirent ou se repoussent. « Et le Chaos devint Cosmos »
Il faut bien préciser que cette quintessence substantielle est un vide inhomogène, un Zéro pulsatile et rythmique que l’on appellera comme on voudra.

La plupart des métaphysiciens sont encore aujourd’hui fondamentalement aristotéliciens. Ils pensent que le non-Être est à la source de tous les principes, car ils se basent sur l’idée fausse que le Vide est égal au Néant. Or, le Vide est plein : c’est le lieu de la création permanente et rythmée de l’espace-temps. L’univers n’aurait aucun sens s’il n’était pas basé sur le rythme.

J’aimerais maintenant livrer une courte citation de Simone Weil extraite de La pesanteur et la grâce. Cela permettra de comprendre que les paragraphes ci-dessus n’ont pas comme unique intérêt de démontrer l’inanité des pensées mécanistes, déterministes, darwiniennes ou complotistes (ce scientisme des temps modernes).

« Nous sommes une partie qui doit imiter le tout.
L'âtman. Que l'âme d'un homme prenne pour corps tout l'univers. […]
S'identifier à l'univers même. Tout ce qui est moindre que l'univers est soumis à la souffrance. […]
Restreindre son amour au sujet pur et l'étendre à tout l'univers, c'est la même chose. »

Pierre Gordon notait que les principes du paganisme – le vrai, celui du paléolithique – consistaient à élever l’homme jusqu’à la dignité du « premier ancêtre surhomme » par l’intermédiaire des dieux. Avec Jésus, c’est l’infini qui pénètre dans le vide de la matière pour l’exhausser jusqu’à « la réalisation charnelle du surhomme » (le saint chrétien).
Toutes les cosmogonies fondatrices – sauf la juive – évoquent le Vide comme condition première de l’émergence du cosmos. Par conséquent, on ne peut pas dire que l’Être soit une des possibilités de manifestation du non-Être. C’est même exactement le contraire : au commencement était l’Être, et en fécondant le cosmos, il a généré la possibilité du non-Être.



« Tout vient de Dieu, il faut que tout retourne à Dieu » professait Fénelon.
Et le moteur de cette gigantesque danse stellaire est l’Amour, bien entendu.
Il est très important de comprendre qu’il existe une inflexion temporelle à partir de laquelle l'amour change de sens : de centrifuge, il devient centripète.
Dans un premier temps, l’amour crée un univers en expansion à partir d’une explosion originelle : le Soleil et les autres étoiles s’éloignent les uns des autres sous l’effet de la force antigravitationnelle, cet intarissable souffle de Dieu. Toute gravitation est alors une force d’opposition à la grâce.

Mais il faut ensuite que l’amour change de sens, et qu’il devienne la cause du retour de toutes les créatures à l'Unité principielle. La nature des phénomènes, alors, s'inverse. La volonté divine remplace l’expansion par la contraction, et c'est la force de gravitation qui relève désormais du travail de l'Esprit-Saint. Ce scénario cosmologique est celui du Retour au Grand Tout : il aboutit à la compression suprême de l’espace-temps, l’embrasement maximal de l’univers en un point unique : c’est la victoire du Feu, du Vide primordial. Réchauffement et retour à l’unité. C’est le règne du Logos, le premier chapitre de la Genèse et le dernier chapitre de l’Apocalypse.  

Le Feu secret des céramiques opératives.






De l’inaugurale chevauchée fantastique du feu dans l’âtre, jusqu’à la venue finale du dieu du feu et ses vastes cercles concentriques de flammes dévorantes : c’est là, en fin de compte, toute la musique du cosmos qui traverse de bout en bout La Walkyrie wagnérienne.

L’astrophysicien Paul Davies l’a écrit dans Les trois dernières minutes de l’Univers : « Si la durée de l’Univers est finie, alors l’Armageddon est inévitable ».

Il existe cependant un second scénario qui désobéit en tous points à la maxime de Fénelon. Il s’agit de la Grande Déchirure du cosmos, la victoire luciférienne de l'expansion sur la contraction aboutissant à l’établissement du grand froid ultime. « Satan ne produit que le froid désespoir » savait Bernanos. Le monde n’est alors plus qu’une soupe extrêmement diluée de toutes les particules élémentaires. Néant et ténèbres. Le parti de l’Occident. C’est le règne de l’anti-Logos, le froid absolu.

J’aimerais maintenant livrer une longue citation de René Guénon, extraite de son texte « Les dualités cosmiques » écrit en 1921 pour la Revue de Philosophie.

« Si l’on considère spécialement l’opposition du chaud et du froid, on est amené à envisager quelques questions particulièrement importantes, que M. Lasbax pose à propos des principes de la thermodynamique. Il discute à ce point de vue la théorie du Dr Gustave Le Bon, d’après laquelle « il convient de distinguer entre deux phases radicalement opposées de l’histoire du monde », formant « un cycle complet : d’abord condensation de l’énergie sous forme de matière, puis dépense de cette énergie », c’est-à-dire dissociation de la matière ; notre période actuelle correspondrait à la seconde phase ; et, « comme rien n’empêche de supposer que la matière, retournée à l’éther, recommence à nouveau sa phase condensatrice, les périodes alternantes de la vie de l’univers doivent se succéder sans fin : l’hypothèse s’achève dans l’idée antique de la grande année, dans la conception nietzschéenne de l’éternel retour ». Pour notre part, cette théorie nous fait penser moins à la grande année des Perses et des Grecs, période astronomique qui apparaît surtout comme liée au phénomène de la précession des équinoxes, qu’aux cycles cosmiques des Hindous, où les deux phases qui viennent d’être décrites sont représentées comme le jour et la nuit de Brahmâ ; de plus, on trouve également dans la conception hindoue cette idée de la formation de toutes choses à partir de l’éther primordial, auquel elles doivent retourner dans la dissolution finale.
[…]
Signalons encore que les deux phases dont nous venons de parler se retrouvent également dans les théories hermétiques, où elles sont appelées « coagulation » et « solution » : en vertu des lois de l’analogie, le « grand œuvre » reproduit en abrégé l’ensemble du cycle cosmique. Ce qui est assez significatif, au point de vue où nous venons de nous placer, c’est que les hermétistes, au lieu de séparer radicalement ces deux phases, les unissaient au contraire dans la figuration de leur androgyne symbolique, Rebis (res bina, chose double), représentant la conjonction du soufre et du mercure, du fixe et du volatil, en une matière unique.
Mais revenons à l’opposition du chaud et du froid et aux singulières antinomies qui semblent en résulter : « en fait, la loi de Clausius nous représente le monde marchant à son repos et y trouvant la mort à une température élevée, puisque la chaleur est la forme la plus dégradée de l’énergie utilisable. D’autre part, toutes les inductions de la physique stellaire nous permettent d’affirmer que, plus nous remontons dans le passé, plus les températures des différents corps et des différents astres nous apparaissent supérieures à ce qu’elles sont aujourd’hui ». Il ne saurait en être autrement, si la fin du cycle doit être analogue à son commencement : l’abaissement de la température traduit une tendance à la différenciation, dont la solidification marque le dernier degré, le retour à l’indifférenciation devra, dans le même ordre d’existence, s’effectuer corrélativement, et en sens inverse, par une élévation de température. Seulement, il faut admettre pour cela que le refroidissement des systèmes sidéraux ne se poursuivra pas indéfiniment ; et même, si nous sommes actuellement dans la seconde phase du monde comme le pense le Dr Le Bon, c’est que le point d’équilibre des deux tendances est déjà dépassé. L’observation, du reste, ne peut guère nous renseigner là-dessus directement, et, en tout cas, nous ne voyons pas de quel droit on affirmerait que le refroidissement progressif doit être continu et indéfini ; ce sont là des inductions qui dépassent considérablement la portée de l’expérience, et pourtant c’est ce que certains, au nom de l’astronomie, n’hésitent pas à opposer aux conclusions de la thermodynamique. De là ces descriptions de la « fin du monde » par congélation, qui « nous font songer à cet ultime cercle du Royaume du Mal où Dante place le séjour de Lucifer dans sa Divine Comédie » ; mais il ne faut pas confondre des choses essentiellement différentes : ce à quoi Dante fait allusion, ce n’est pas la « fin du monde », mais plutôt le point le plus bas de son processus de développement, qui correspond à ce que nous pourrions appeler le milieu du cycle cosmique si nous envisagions ses deux phases comme purement successives. Lucifer symbolise l’«attrait inverse de la nature», c’est-à-dire la tendance à l’individualisation ; son séjour est donc le centre de ces forces attractives qui, dans le monde terrestre, sont représentées par la pesanteur ; et notons en passant que ceci, quand on l’applique spécialement à ce même monde terrestre, va nettement à l’encontre de l’hypothèse géologique du « feu central », car le centre de la terre doit être précisément le point où la densité et la solidité sont à leur maximum. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse de la congélation finale apparaît comme contraire à toutes les conceptions traditionnelles : ce n’est pas seulement pour Héraclite et pour les Stoïciens que « la destruction de l’univers devait coïncider avec son embrasement » ; la même affirmation se retrouve à peu près partout, des Purânas de l’Inde à l’Apocalypse ; et nous devons encore constater l’accord de ces traditions avec la doctrine hermétique, pour laquelle le feu est l’agent de la « rénovation de la nature » ou de la « réintégration finale ». »


Ainsi, Charles Péguy.
« Une révolution n'est pas une opération par laquelle on se contredit. C'est une opération par laquelle réellement on se renouvelle, on devient nouveau, frais, entièrement, totalement, absolument nouveau. Et c'est en partie pour cela qu'il y a si peu de véritable révolution dans le monde moderne. Jamais on n'avait tant parlé de révolution. Jamais on n'a été aussi incapable de faire aucune véritable révolution, rénovation, innovation. Parce que jamais aucun monde n'a autant manqué de fraîcheur » (Par ce demi-clair matin).




  
Les céramiques opératives d’Olivier Zol sont des échassiers en pure extase méditative.
Des échassiers délicatement épurés, mais certes pas minimalistes.

Quelle joie de revoir ici ces mêmes échassiers que nous rencontrâmes naguère chez Morandi, autre alchimiste attaché à « convertir, sous l’action du feu, toutes les superfluités de la pierre en une essence unique » comme l’écrivait le grand Pontanus !...




  
Car même le lecteur le plus inattentif aura remarqué que c’est la conversion du sujet en pureté qui nous importe ici, opération fondamentale de la voie alchimique sous l’action du feu « minéral, égal et continuel ».

Le feu, c’est l’eau ardente.
Le baptême par le feu, c’est le baptême du Saint-Esprit.
Le Lion vert de la fin des temps.
L’or du millième matin.



Olivier Zol prend un soin tout particulier à la science de l’éclairage. Ici, trois vases aux saintes huiles sont douchées d’une pure lumière blanche.
Là, le bleu de Shigaraki fait soudainement revivre le petit Pompoko en une étincelle de joie. Et l’on se souvient alors que le local où nous nous trouvons s’appelle Un Melon Au Japon.

Et puis, au fond de la pièce, bien au-delà des trois couleurs principales : le mystère absolu.
La voie au-delà de la voie.
La voie des tourbes.
Un pot à levain majeur, légué par un maître de l’Auvergne celte, dont l’utilisation savante permettrait au bout de soixante-dix ans d’élaborer quelques pincées de terre adamique.
La réintégration finale par le feu central.


  
Enfin, à la fin des fins, quand tout est retourné au désordre sacré qui fait l’ordre supérieur, il ne reste plus qu’à tirer le rideau vert, courber la tête et entrer avec terreur dans la chapelle chthonienne des viscères de saint Lazare.